CINÉ SÉRIE
Mais c'est quoi ce film d'horreur hyper dérangeant (et français !) qui a triomphé à Cannes ?
Publié le 28 mai 2024 à 20:36
Par Clément Arbrun | Journaliste société
Journaliste spé Société et Pop Culture, Clément s'intéresse autant aux punchlines de Virginie Despentes qu'à celles de Megan Thee Stallion, aux perruques de Bilal Hassani qu'aux blagues de Panayotis Pascot. Il aiguise principalement sa plume en papotant féminismes, genre et fashion, ce qui lui permet de parler d'Harry Styles, des gens pas toujours fréquentables qui emploient le mot "woke" sur Twitter et des dernières prods Netflix. Malin.
Cet ovni était pressenti pour décrocher la Palme, il est reparti de Cannes avec le prestigieux prix du Meilleur Scénario : The Substance est un film d'horreur très gore, très féministe, et... signé par une cinéaste française qui n'en est qu'à son deuxième long. Un choc.
Mais c'est quoi ce film d'horreur hyper dérangeant (et français !) qui a triomphé à Cannes ?
Mais c'est quoi ce film d'horreur hyper dérangeant (et français !) qui a triomphé à Cannes ? Récompenser l'horreur, oui, mais l'horreur à la française ! C'est ce qu'a souhaité faire Greta Gerwig, grand nom du ciné indé US, réalisatrice du mégasuccès planétaire "Barbie", et présidente du dernier Festival de Cannes, en décernant le Prix du Meilleur Scénario à The Substance, nouvelle déflagration du cinéma gore et cracra.
Demi Moore - Photocall du film "The Substance" lors du 77ème Festival International du Film de Cannes le 20 mai 2024. Moreau-Jacovides/Bestimage The Substance, c'est le second long-métrage de la cinéaste frenchie Coralie Fargeat, à qui l'on doit le sympa et énervé Revenge, relecture d'un sous-genre du cinéma d'exploitation extrêmement douteux (le rape and revenge, relatant généralement la vengeance sanguinolente d'une victime d'agression sexuelle, ou de ses proches)... A la sauce féministe.
Coralie Fargeat (Prix du scénario pour " The Substance ") - Cérémonie de clôture du 77ème Festival International du Film de Cannes au Palais des Festivals à Cannes. Le 25 mai 2024. © Borde-Jacovides-Moreau / Bestimage Moove audacieux que l'on retrouve dans ce deuxième film plus décomplexé. Car Coralie Fargeat, se sont enthousiasmés les critiques à Cannes, s'est plu à délivrer une satire du monde du cinéma en la noyant de sang, avec Demi Moore et Margaret Qualley en haut de l'affiche !
Demi Moore - Photocall du film "The Substance" lors du 77ème Festival International du Film de Cannes le 20 mai 2024. Moreau-Jacovides/Bestimage Plus précisément, The Substance nous colle aux basques d'une actrice Oscarisée devenue animatrice has been d'émissions d'aérobic (tout un programme), et qui cherche à acquérir la jeunesse éternelle par le biais de la "substance" du titre... Laquelle ne sera pas sans incidences.
Demi Moore - Photocall du film "The Substance" lors du 77ème Festival International du Film de Cannes le 20 mai 2024. Moreau-Jacovides/Bestimage
La suite après la publicité

Récompenser l'horreur, oui, mais l'horreur à la française ! C'est ce qu'a souhaité faire Greta Gerwig, grand nom du ciné indé US, réalisatrice du mégasuccès planétaire Barbie, et présidente du dernier Festival de Cannes, en décernant le Prix du Meilleur Scénario à The Substance, nouvelle déflagration du cinéma gore et cracra.

The Substance, c'est le second long-métrage de la cinéaste frenchie Coralie Fargeat, à qui l'on doit le sympa et énervé Revenge, relecture d'un sous-genre du cinéma d'exploitation extrêmement douteux (le rape and revenge, relatant généralement la vengeance sanguinolente d'une victime d'agression, ou de ses proches)... A la sauce féministe. Moove audacieux que l'on retrouve dans ce deuxième film plus décomplexé. Car Coralie Fargeat, se sont enthousiasmés les critiques à Cannes, s'est plu à délivrer une satire du monde du cinéma en la noyant de sang, avec Demi Moore et Margaret Qualley en haut de l'affiche !

>> Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle <<

Plus précisément, The Substance nous colle aux basques d'une actrice Oscarisée devenue animatrice has been d'émissions d'aérobic (tout un programme), et qui cherche à acquérir la jeunesse éternelle par le biais de la "substance" du titre... Laquelle ne sera pas sans incidences. Avant de repartir de cette édition cannoise avec le prix du Scénario, ce film d'horreur a tellement affolé les journalistes qu'on lui prédisait la Palme d'Or !

>> Je suis allé découvrir en salles LE film d'horreur événement du moment (et je ne verrai plus jamais les chiens de la même façon) <<

Mais comment expliquer ce buzz ?

"J'ai rarement vu un truc pareil de ma vie"
"The Substance" est un film d'horreur très gore, très féministe, et... Signé par une cinéaste française qui n'en est qu'à son deuxième long. Un choc.

Quand The Substance a été projeté sur la Croisette, on a pu lire sur Twitter/X une blinde de compliments vrillant à l'euphorie. "Vous pensiez avoir tout vu ? Coralie Fargeat vous montre que son univers ne connaît aucune limite. The Substance est le punk rock du cinéma", s'est réjoui le journaliste Thomas Desroches, précisant : "Mon cerveau sautait en l'air. J'ai rarement vu un truc pareil de ma vie. Et Demi Moore est immense".

Florilège de bouquets de fleurs lancés aux pieds de cette oeuvre que l'on dit aussi folle que drôle : "J'ai adoré "The Substance", mix jouissif et complètement zinzin de "Vertigo" et "Carrie" qui commence comme un thriller psychologique pour se terminer en comédie d'horreur" (Jérôme Lachasse, BFM TV), "Avec son métrage d'horreur jouissivement gore et maximaliste, la réalisatrice française filme le corps féminin jusqu'à l'écoeurement" (Anaïs Bordages, Slate.fr), "Coralie Fargeat s'éclate avec "The Substance", une comédie choc et gore sur le vieillissement du corps féminin" (Sandra Onana, Libération). Qui dit mieux ?

>> Peut-on ressortir indemne face aux films de ce réalisateur aux DEUX Palmes d'Or ? J'ai revu ses films les plus scandaleux, ils sont dispo gratuitement <<

Chose rare dans le cinéma frenchie, cette comédie noire que les spécialistes comparent à La mort vous va si bien (satire mordante et horrifique sur les diktats de beauté réunissant Meryl Streep, Bruce Willis et Goldie Hawn) et Sam Raimi (le papa de la franchise Evil Dead), revendique sa parenté avec un sous-genre très très spécifique : le body horror. Autrement dit, des films qui basent leur postulat sur la dégénérescence physique, le corps qui se dégrade, les mutations les plus crades. Comme le tout récent et réjouissant Sick of Myself.

De l'horreur organique et charnelle dont le pape incontesté est Canadien : il s'appelle David Cronenberg, et on lui doit des claques comme Vidéodrome, La mouche, ExistenZ... En France, des réalisatrices comme Marina de Van (le traumatisant Dans ma peau, sur une femme qui s'auto-dévore) et Julia Ducournau (lauréate de la Palme d'or pour Titane) ont à l'unisson su magnifier le body horror.

On attend donc (vraiment) beaucoup de Coralie Fargeat, qui devrait faire des merveilles de ce genre ultra visuel, dérangeant et viscéral. Hâte !

À propos de
Demi Moore
Demi Moore
CINÉ SÉRIE
Demi Moore : un jeune homme retrouvé mort dans sa piscine, l'actrice sous le choc
20 juillet 2015 à 09:46
CINÉ SÉRIE
Demi Moore : en couple avec l'ex de sa fille ?
22 avril 2013 à 18:03
CINÉ SÉRIE
Demi Moore : sa fille en prison ?
6 juin 2012 à 16:25
CINÉ SÉRIE
Demi Moore sur Twitter : découvrez son nouveau pseudo !
5 mai 2012 à 11:48
Tous les articles
Mots clés
Sorties cinéma Cinéma Festival de Cannes
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
A ne pas manquer à la télé ce soir : un film d'animation français qui ridiculise Pixar et Disney par sa beauté à couper le souffle play_circle
CINÉ SÉRIE
A ne pas manquer à la télé ce soir : un film d'animation français qui ridiculise Pixar et Disney par sa beauté à couper le souffle
17 février 2024
Sous la Seine : le film de Netflix a-t-il filmé de vrais requins ? On a posé la question à Bérénice Béjo play_circle
CINÉ SÉRIE
Sous la Seine : le film de Netflix a-t-il filmé de vrais requins ? On a posé la question à Bérénice Béjo
6 juin 2024
Les articles similaires
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle play_circle
CINÉ SÉRIE
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle
21 mai 2024
Peut-on ressortir indemne face aux films de ce réalisateur aux DEUX Palmes d'Or ? J'ai revu ses films les plus scandaleux, ils sont dispo gratuitement play_circle
CINÉ SÉRIE
Peut-on ressortir indemne face aux films de ce réalisateur aux DEUX Palmes d'Or ? J'ai revu ses films les plus scandaleux, ils sont dispo gratuitement
22 mai 2024
Intrigué par son million d'entrées, je suis allé voir Un p'tit truc en plus d'Artus, je m'attendais au pire mais ça bousculé mes a priori play_circle
CINÉ SÉRIE
Intrigué par son million d'entrées, je suis allé voir Un p'tit truc en plus d'Artus, je m'attendais au pire mais ça bousculé mes a priori
7 mai 2024
Pour Monkey Man, Dev Patel a suivi un régime insupportable en mangeant la même chose pendant 9 mois ! play_circle
Cinéma
Pour Monkey Man, Dev Patel a suivi un régime insupportable en mangeant la même chose pendant 9 mois !
17 avril 2024
Dernières actualités
La Chronique des Bridgerton saison 4 : un personnage adoré des fans tué dans la suite de la série ? La créatrice réagit à ce bouleversement historique play_circle
CINÉ SÉRIE
La Chronique des Bridgerton saison 4 : un personnage adoré des fans tué dans la suite de la série ? La créatrice réagit à ce bouleversement historique
17 juin 2024
The Walking Dead en deuil : Dog, le chien le plus cool de la télé, est mort, Norman Reedus pleure son "meilleur partenaire" play_circle
CINÉ SÉRIE
The Walking Dead en deuil : Dog, le chien le plus cool de la télé, est mort, Norman Reedus pleure son "meilleur partenaire"
17 juin 2024
Dernières news