CINÉ SÉRIE
Oubliez Squid Game ou La Chronique des Bridgerton, la série qui aura le plus gros succès sur Netflix en 2024 a 20 ans (et y a une très bonne explication à ça)
Publié le 1 février 2024 à 18:05
Par Quentin Piton | Journaliste Séries - Ciné
Journaliste spécialisé dans les séries, le cinéma, mais également les anime et mangas. Passe son temps à rêver d'Emma Watson, considère Olivier Giroud comme le GOAT et refuse de parler avec ceux qui sont contre la vérité absolue qui est : How I Met Your Mother est une meilleure série que Friends.
Ce jeudi 1er février 2024, Netflix a annoncé les retours prochains de Squid Game (saison 2) et La Chronique des Bridgerton (saison 3). Pourtant, c'est l'arrivée d'une autre série qui intéresse tous les abonnés aujourd'hui. Une série vieille... de 20 ans. Son titre ? Dr House. Et la raison à cela est simple. On vous explique.
Bande-annonce de Dr House. Oubliez Squid Game ou La Chronique des Bridgerton, la série qui aura le plus gros succès sur Netflix en 2024 a 20 ans (et y a une très bonne explication à ça)
Hugh Laurie - Press Room lors de la 74ème cérémonie annuelle des Golden Globe Awards à Beverly Hills, Los Angeles, Californie, Etats-Unis, le 8 janvier 2017.  Press Room - The 74th Golden Globe Awards held at The Beverly Hilton Hotel in Beverly Hills, California on January 8th, 2017. Hugh Laurie arrivant Broadcasting Press Guild Awards à Londres, le 17 mars 2017.  Celebrities arriving at the Broadcasting Press Guild Awards, sponsored by Virgin TV, at the Theatre Royal Drury Lane, London, on March 17 2017. Hugh Laurie - Press Room lors de la 74ème cérémonie annuelle des Golden Globe Awards à Beverly Hills, Los Angeles, Californie, Etats-Unis, le 8 janvier 2017. © Olivier Borde/Bestimage  Press Room - The 74th Golden Globe Awards held at The Beverly Hilton Hotel in Beverly Hills, California on January 8th, 2017. Stephen Fry et Hugh Laurie - Hugh Laurie reçoit son étoile sur le Walk of Fame à Hollywood, le 25 octobre 2016 © Clinton Wallace/Globe Photos via Zuma/Bestimage Hugh Laurie - Première de la série ‘Chance' au théâtre Harmony Gold à Los Angeles, le 17 octobre 2016  Celebrities attend the premiere of Hulu's 'Chance' at Harmony Gold Theatre on October 17, 2016 in Los Angeles, California.
La suite après la publicité

Le saviez-vous ? Parmi les séries les plus regardées aux USA sur les différents sites de streaming en 2023, six d'entre elles étaient terminées depuis plusieurs années, que ce soit Supernatural, Friends, Gilmore Girls ou encore Suits et The Big Bang Theory. Et aucune d'elles ne provenait d'une plateforme. Une réalité surprenante qui confirme une certaine tendance : l'âge d'or des séries semble sur le point de prendre fin.

Le retour en force des comfort shows

Plutôt que de perdre son temps à regarder les innombrables nouvelles séries mises en ligne chaque semaine quand celles-ci peuvent être annulées sans fin et ne sont composées que d'une poignée d'épisodes pour réduire les coûts et permettre aux sites de produire plus de contenus, le public se plait à se replonger dans ces comfort shows, souvent issus de chaînes de télé.

Après tout, ces fictions possèdent de nombreux avantages. Elles ont un format généralement très cadré avec une histoire par épisode (+ un fil rouge en arrière-plan), ce qui possède un côté rassurant sans pour autant nier les surprises. Ces histoires sont par ailleurs moins exigeantes et peuvent donc se suivre plus facilement en soutien d'une autre activité (cuisine, rangement, sport...). Enfin, avec un nombre d'épisodes conséquent par saison (20 en moyenne), on a le temps de s'attacher aux personnages et de réellement avoir ce sentiment de grandir / évoluer avec eux.

Bref, toutes ces qualités (initialement importantes dans le monde des séries) longtemps jugées ringardes au lancement des plateformes de streamings, vendues comme une révolution du milieu, sont de nouveau appréciées aujourd'hui. Une situation qui n'a pas échappé à Netflix, qui vient donc d'ajouter en grandes pompes une série qui coche toutes les cases de ce concept de comfort show : Dr House (2004-2012).

Une vraie demande du public

Au programme ? 8 saisons, 177 épisodes de 42 minutes et la promesse de nombreuses intrigues médicales passionnantes, le tout dans un univers à la fois exigeant et surprenant. La grande force de cette création signée David Shore et portée par l'inégalable Hugh Laurie, c'est cette gestion de la dramédie. Celle-ci permet à la série d'aborder différents thèmes toujours puissants et bouleversants, sans jamais perdre son côté divertissant. Avec Dr House, on pleure devant certains drames, on rit face à l'absurdité de la vie, on s'étonne en découvrant certaines réalités et on vibre en suivant les évolutions des personnages aux caractères marqués.

Comme tout bon comfort show qui se respecte, la série nous guide dans un voyage faussement linéaire avec une évolution constante et parfaitement maîtrisée qui ne cesse de maintenir notre intérêt au fil des années. Et même si c'est parfois répétitif, même si la fiction semble souvent en pilote automatique avec des épisodes que l'on pourrait considérer comme fillers et donc inutiles (en comparaison des séries actuelles qui vont directement à l'essentiel en 8-10 épisodes), ce sont justement ces moments non nécessaires qui apportent l'élément essentiel à un tel plébiscite des spectateurs : la vie. C'est en vivant avec ces personnages, même à travers des passages frustrants, que l'on s'attache à ce que l'on regarde et que ces séries restent en nous encore longtemps après le visionnage. Rien de plus logique : même dans la réalité, tout n'est pas toujours intéressant, mais tout reste utile à notre construction.

Il n'est donc pas étonnant de découvrir que l'annonce de l'arrivée de cette intégrale a rapidement enthousiasmé les abonnés de Netflix. "C'est parti pour l'intégrale une deuxième fois", peut-on lire sur Twitter aujourd'hui, tout comme "L'heure de revoir en entier ce classique", "Merci pour ce poulet, j'en ai les larmes aux yeux" ou encore "Banger, c'est l'occasion de rewatch".

Et le plus amusant, c'est qu'au lieu de se plaindre de voir une ancienne série rejoindre le catalogue, on constate que le public en veut encore plus. Aussi, parmi les projets les plus demandés, ce ne sont pas les suites de Night Agent, Stranger Things ou encore La chronique des Bridgerton, mais bien les arrivées de Prison Break, Une nounou d'enfer, Dexter ou encore Chuck.

Un concept en danger ?

Malheureusement, même si les comfort shows sont aujourd'hui réclamés par le public, ne comptez pas sur Netflix pour en produire. Le coût de production serait trop élevé, ce qui empêcherait la plateforme de lancer autant de créations originales chaque année. Or, avec leur système de binge-watching, les dirigeants ne peuvent pas se permettre d'avoir des trous dans leur planning de sorties au risque de perdre des abonnés. On va donc rester coincés avec des mini-séries de 6 épisodes (qui ressemblent parfois plus à des films étirés inutilement en longueur) ou avec des séries de 10 épisodes efficaces, mais peu attachantes. Et avec un rythme de production très lent.

Et à ceux qui penseraient, "Ce n'est pas grave, on peut toujours compter sur les chaînes américaines classiques pour nous en offrir et on attendra qu'elles débarquent sur Netflix ou Prime pour les regarder", vous risquez d'être déçus. Face à l'émergence des plateformes, les audiences télé des séries ont drastiquement chuté. A titre d'exemple, là où NCIS était numéro 1 des audiences en 2012-2013 avec 21,3 millions de téléspectateurs, la série était numéro 1 des audiences en 2022-2023 avec seulement... 9,9 millions de fans.

Aussi, comme le prouve la récente purge annoncée par certaines chaînes avec les fins de mastodontes comme NCIS Los Angeles, Good Doctor, Young Sheldon ou encore SWAT, si aucune solution n'est trouvée pour ramener les téléspectateurs, les dirigeants pourraient à leur tour être frileux au moment de financer des projets sur le long terme. Après tout, aux USA, plus une série dure dans le temps et plus le coût de production est élevé avec des contrats revus ponctuellement à la hausse pour toutes les équipes créatives.

Oubliez Squid Game ou La Chronique des Bridgerton, la série qui aura le plus gros succès sur Netflix en 2024 a 20 ans (et y a une très bonne explication à ça) © Fox

Pour l'anecdote, Dr House a peut-être pris fin il y a déjà douze ans, mais Hugh Laurie n'a jamais totalement dit au revoir à ce personnage. Pour preuve, il arrive encore à penser comme lui. Tandis que l'épidémie de Covid-19 frappait le monde entier en 2020, le comédien révélait à l'époque qu'il savait comment son personnage aurait réagi face à la crise sanitaire.

"Je suis plutôt sûr qu'il aurait dit que l'intérêt n'était pas de résoudre ce Covid, expliquait-il sur ses réseaux sociaux. Face à une épidémie, on ne fait pas face à un problème de diagnostic. On résout la situation ensemble en restant éloignés les uns des autres".

De quoi prouver qu'il pourrait à nouveau l'incarner en cas de reboot ? Il n'en pas encore question, mais on est à l'abri de rien...

Mots clés
Séries Netflix
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
L'annulation de la série Le Problème à 3 corps devient de plus en plus crainte : pourquoi Netflix pourrait supprimer sa série phénomène de science-fiction play_circle
CINÉ SÉRIE
L'annulation de la série Le Problème à 3 corps devient de plus en plus crainte : pourquoi Netflix pourrait supprimer sa série phénomène de science-fiction
3 avril 2024
Si vous aimez Shogun, vous devez regarder cette série sur Netflix : elle est tombée dans l'oubli, mais a été l'une des séries les plus chères au monde play_circle
CINÉ SÉRIE
Si vous aimez Shogun, vous devez regarder cette série sur Netflix : elle est tombée dans l'oubli, mais a été l'une des séries les plus chères au monde
14 avril 2024
Les articles similaires
Mauvaise nouvelle pour les fans de La Chronique des Bridgerton : adieu à l'une des intrigues les plus captivantes de la série play_circle
CINÉ SÉRIE
Mauvaise nouvelle pour les fans de La Chronique des Bridgerton : adieu à l'une des intrigues les plus captivantes de la série
5 mai 2024
Oubliez Rebel Moon 1 et 2 : chez Disney+, un highlight de science-fiction raconte la même histoire en seulement 43 minutes - et en mieux ! play_circle
CINÉ SÉRIE
Oubliez Rebel Moon 1 et 2 : chez Disney+, un highlight de science-fiction raconte la même histoire en seulement 43 minutes - et en mieux !
29 avril 2024
Dernières actualités
"Personne ne va voir mes bons films" : le film de science-fiction de Chris Evans qui a fait un flop, mais qu'il considère comme l'une de ses meilleures oeuvres play_circle
CINÉ SÉRIE
"Personne ne va voir mes bons films" : le film de science-fiction de Chris Evans qui a fait un flop, mais qu'il considère comme l'une de ses meilleures oeuvres
26 mai 2024
"Je n'avais aucune sensibilité" : James Cameron regrette toujours cette célèbre scène de Titanic play_circle
CINÉ SÉRIE
"Je n'avais aucune sensibilité" : James Cameron regrette toujours cette célèbre scène de Titanic
26 mai 2024
Dernières news