Pendant plus de 15h, près de 400 pompiers étaient mobilisés pour éteindre le terrible incendie qui ravageait la Cathédrale Notre-Dame de Paris depuis ce lundi 15 avril 2019 vers 18h50. Un travail d'envergure que les Pompiers de Paris ont résumé dans une vidéo de 1'38.

Soulagement ce mardi 16 avril 2019 : après des heures de lutte, le porte-parole des pompiers de Paris a annoncé ce matin que le feu qui ravageait la Cathédrale Notre-Dame de Paris depuis 18h50 hier avait enfin été éteint ! Près de 400 pompiers étaient mobilisés pendant près de 15 heures. La structure de la cathédrale "est sauvée et préservée dans sa globalité", ont affirmé les pompiers de Paris, qui ont partagé une vidéo retraçant l'incroyable travail réalisé pour calmer les flammes.

Un travail d'envergue

Une façon de montrer l'ampleur du travail, mais aussi de répondre aux nombreuses critiques. D'ailleurs, un pompier officiant en Rhône-Alpes a expliqué sur Twitter : "les difficultés de la tâche face à l'incendie gigantesque de la charpente de la Cathédrale Notre-Dame". Alors que certains (dont Donald Trump) se demandaient pourquoi ils ne faisaient pas appel aux canadairs, il explique en quoi leur usage aurait été risqué et dévastateur : "Les Canadairs : Ils larguent 6 tonnes d'eau. Mauvais idée face à une charpente embrasée et donc très fragilisée. De plus, le réapprovisionnement se fait sur des plans d'eau de 2km et assez large pour accueillir ces grands oiseaux.".

Il explique également que les pompiers ont tenté de "faire la part du feu", c'est-à-dire "céder une partie à l'incendie pour se concentrer sur ce qui peut être sauvé. En l'occurrence, la charpente composée de bois en chêne massif, n'est pas sauvable. C'est un véritable brasier. On va essayer d'éviter la propagation aux parties adjacentes.".

"Il y a une partie moins visible du travail des pompiers"

Un travail d'envergure pas toujours visible : "Il y a une partie moins visible du travail des pompiers. Il y a ceux qui s'occupent de l'alimentation en eau des engins. Ils tirent des km de tuyaux pour aller se raccorder aux poteaux : en effet, impossible d'en utiliser un seul au vue des besoins hydrauliques. Il y a aussi certainement de nombreux collègues à l'intérieur de la cathédrale, qui évacuent les oeuvres pour les protéger d'une éventuelle propagation, mais aussi des eaux d'extinction qui peuvent détruire ces dernières."

D'ailleurs, nos pensées vont envers ce pompier "sérieusement blessé", selon le général Jean-Claude Gallet, commandant de la BSPP. Si le feu est éteint, ce n'est pas pour autant que le travail des pompiers est fini : commence à présent un travail "de surveillance et de vérification de stabilité des structures", et d'évacuation des oeuvres qui se trouvent à l'intérieur de la cathédrale.

News
essentielles
sur le
même thème