Il y a de grandes avancées dans les carburants synthétiques pour les voitures, le problème c'est que personne n'y croit
Il y a de grandes avancées dans les carburants synthétiques pour les voitures, le problème c'est que personne n'y croit
L'Union européenne a récemment ratifié une mesure prévoyant l'impossibilité de vendre des véhicules à moteur à combustion à partir de 2035. Parmi les alternatives, en plus de la voiture électrique, on peut trouver les carburants synthétiques, au centre de grandes avancées ces dernières années. Mais ce n'est pas encore gagné...

Le 8 juin 2022, l'Union européenne a ratifié une mesure - la norme Euro 7 - qui était sur la table depuis longtemps. Avec 339 voix pour et 249 contre, le Parlement européen a approuvé l'impossibilité de vendre des véhicules à moteur à combustion à partir de 2035. Les véhicules hybrides sont aussi concernés.

Lors de ce vote, cependant, une petite exception a été établie. Une petite porte que l'Allemagne et l'Italie, qui en sont les promoteurs, veulent exploiter : les carburants de synthèse. Les deux pays sont parvenus à faire en sorte que la formulation du texte précise que la possibilité de vendre des moteurs à combustion pour utiliser des carburants de synthèse zéro émission sera étudiée.

Certains y ont vu une lueur d'espoir pour économiser les ergols à combustion. Mais que sont ces carburants de synthèse et pourquoi tant d'espoirs reposent-ils sur eux ? Verrons-nous un changement de cap en Europe ?

C'est quoi les carburants synthétiques ?

L'idée d'utiliser des carburants synthétiques n'est pas nouvelle. En réalité, les Nazis les utilisaient déjà pendant la Seconde Guerre mondiale. La production était telle qu'en 1944, ils atteignaient un volume de 25,5 millions de barils. Ces carburants synthétiques sont des alternatives aux carburants fossiles pour faire fonctionner les moteurs à combustion traditionnels. L'un des plus connus est le e-diesel, un diesel de synthèse créé en 2014 par Audi en collaboration avec l'entreprise technologique Sunfire.

>> Le secret de la jeunesse éternelle enfin révélé... grâce aux tortues <<

Cet e-diesel est fabriqué en utilisant de l'eau et du CO2 pour créer un diesel synthétique qui peut fonctionner dans les moteurs diesel d'aujourd'hui. Tout d'abord, l'eau est chauffée à 800ºC pour séparer l'oxygène de l'hydrogène dans un petit réacteur. L'hydrogène reste à l'intérieur, tandis que l'oxygène est libéré dans l'atmosphère. Avec les molécules déjà séparées, le CO2 est incorporé dans l'hydrogène et le mélange est porté à la température et à la pression nécessaires pour créer du carburant liquide. Cette couleur bleue est raffinée pour pouvoir être utilisée dans les moteurs diesel et être commercialisée.

Les carburants synthétiques, l'avenir pour les voitures ?
Les carburants synthétiques, l'avenir pour les voitures ?

Le grand avantage de ces carburants synthétiques est que leur empreinte carbone est nulle. En effet, ils émettent moins de CO2 que celui récupéré lors de la production, donc en ce sens cela améliore la qualité de l'air. Mais tout ne tourne pas autour du CO2. L'un des principaux problèmes des carburants synthétiques est qu'ils sont très inefficaces. En effet, son efficacité est estimée à 16 %, contre 72 % pour des véhicules électriques.

Et en plus, ils sont chers. Très chers. Sa grande inefficacité et l'immense structure qu'il faut assembler pour sa production font que les calculs placent le prix de ces carburants entre trois et quatre euros par litre vendu au conducteur. En réalité, Audi a déjà abandonné l'idée de produire ces carburants synthétiques. "Les carburants synthétiques ne sont pour nous qu'une technologie de transition. Bien que l'utilisation de ces carburants alternatifs puisse être idéale pour d'autres industries, l'avenir de l'automobile, ce sont les véhicules électriques" a déclaré Oliver Hoffmann, responsable du développement technique chez Audi, en mars 2022.

De multiples obstacles

Bien que nous nous soyons concentrés sur le CO2 jusqu'à présent, ce n'est pas la seule chose qui compte pour déterminer si les carburants synthétiques ont un avenir. Il est très difficile de penser que les véhicules à combustion pure auront un avenir lorsque cette nouvelle norme d'homologation entrera en vigueur. Actuellement, la limite d'émission de CO2 est de 95 g/km, mais l'objectif est d'abaisser cette quantité jusqu'à ce qu'elle disparaisse presque.

Ce ne serait pas un problème pour les voitures qui roulent avec des carburants synthétiques, car comme nous l'avons vu, elles ne génèrent pas ce type d'émissions polluantes. Mais la norme Euro 7 réglemente un autre type de particules dangereuses pour l'être humain, comme les NOx (oxydes d'azote les plus importants pour la pollution de l'air). Et, ici, les combustibles fossiles se heurtent à une barrière pratiquement insurmontable.

>> La science sait combien de temps il faut au foie pour récupérer après un verre d'alcool (et comment limiter les dégâts) <<

Selon Transport & Environment, les carburants synthétiques sont indiscernables des carburants fossiles en ce qui concerne leurs émissions de NOx. Ils assurent qu'un véhicule à essence émet 24 mg/km de ce type de particules et qu'un véhicule à carburant de synthèse en rejette entre 22 et 23 mg/km. Lors de leurs tests, ces types de carburants n'ont pas non plus réalisé de bons scores sur les émissions d'ammoniac, qui doublaient comparé à un véhicule à essence. Dans les deux cas, ce sont deux types de particules que la réglementation Euro 7 veut voir quasi disparaître, ce qui obligera la grande majorité du parc automobile à passer à l'électrique.

Ce sont deux problèmes pratiquement insurmontables pour les carburants synthétiques. Il faut garder à l'esprit que l'Europe veut éliminer les émissions de CO2 de l'atmosphère des villes, mais aussi les NOx et autres particules fines (qui sont les plus nocives pour les poumons), y compris même les copeaux de disques de frein.

En effet, il ne faut pas exclure qu'à moyen terme, les hybrides rechargeables soient contraints de circuler en mode exclusivement électrique au sein des villes.

Un véhicule électrique
Un véhicule électrique

Les Allemands et les Italiens sont-ils fous ?

Non, ils ne sont pas fous. Il faut garder à l'esprit qu'au Parlement européen, chaque pays défend ses propres intérêts. Et en Allemagne et en Italie, l'industrie automobile est très puissante. En effet, ces derniers réclament depuis longtemps une extension pour les moteurs à combustion.

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, a longtemps attaqué l'Union européenne pour cette raison, assurant que les hybrides sont une meilleure solution à court terme que les électriques. Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, est allé jusqu'à dire lors d'un voyage en Lombardie que les constructeurs devaient continuer à produire des voitures thermiques... pour les vendre hors d'Europe.

Cet article a été écrit en collaboration avec nos collègues de Xataka.