Helmut Fritz revient enfin sur le devant de la scène ! Après ses succès à répétition avec ses titres Ca m'énèrve, Miss France ou encore son clip de Papa Noël, l'allemand aux allures déjantées refait surface avec son tout nouveau single Les Filles. La rédac' de Purefans News a eu la chance de le rencontrer histoire de p

Le grand Helmut Fritz revient enfin sur le devant de la scène ! Après ses succès à répétition avec ses titres Ca m'énèrve, Miss France ou encore son clip de Papa Noël, l'Allemand aux allures déjantées refait surface avec son tout nouveau single Les Filles. La rédac' de Purefans News a eu la chance de le rencontrer histoire de prendre de ses nouvelles. De son amour de la scène à son projet d'album, en passant par son goût pour la comédie, Helmut nous a tout dit ! Une interview exclu croustillante à ne pas manquer.

D'où t'es venue cette idée de t'inventer ton personnage allemand, Helmut Fritz ?
Ca m'est venu comme ça, un matin, parce qu'en fait je fais du théâtre depuis que j'ai 8 ans, et j'ai commencé la musique à 14 ans. Pendant très longtemps, je savais pas bien vers quel côté aller... Et même si j'avais, comme beaucoup d'ados, des rêves de rock star, je ne savais vraiment pas quoi choisir. Et donc, un matin, coup de bol : j'avais "Ca m'énerve" en tête ! Le texte m'est venu d'une traite et quand j'ai tout relu je me suis dit que ça pouvait pas être fait sans artifices. On imagine pas qui que ce soit dans la variété française chanter une chanson comme ça donc je me suis dit qu'il fallait faire un truc un peu burlesque. Après plusieurs tests en studio on a fait un choix, qui était celui de jouer le truc à fond, avec l'accent, le costume, le personnage, le nom improbable et on a tout mixé.

Ton premier amour est donc le théâtre... Ca ne t'a jamais tenté de jouer dans des films ?
Depuis trois ans, c'est vraiment la musique qui m'anime. J'ai fait une très belle tournée, plusieurs plateaux radio et surtout différents enregistrements de chansons, donc je n'y pensais pas trop. Mais depuis quelques temps, c'est un vrai projet pour moi. Ca l'est depuis à peu près Noël, quand j'ai commencé mon retour avec des mini teasers qui ont été remarqués par des gens du métier. Ils m'ont proposé de venir faire un truc un peu délire devant une caméra et de laisser la musique de coté pendant un certain temps. Maintenant, je suis en train de réfléchir... Je ne suis pas sûr d'avoir un don inné pour ça parce que c'est vraiment un métier qui se travaille et que je me suis jamais vraiment testé devant la cam. Mais il y a clairement des envies qui naissent !

Tu as parlé de tes mini teasers. D'où t'es venue l'idée de parodier Jean Dujardin dans The Artist ?
Ca, c'est parce que quand j'ai vu The Artist, je me suis tout de suite dit que c'était un film culotté. D'arriver maintenant dans le cinéma qui n'est pas un milieu qui est à son top, avec ce projet où Hazanavicius a investi tout ce qu'il a pu en se disant qu'il allait peut être tout perdre, j'ai trouvé ça hyper osé. C'était vraiment quitte ou double ! Et au final ça a vraiment cartonné. Donc je me suis dit qu'il fallait que je m'en serve. Et quoi de plus marrant que de faire un trailer muet pour un son électro ? Et voilà, je me suis lancé ! Mais ce qui n'était vraiment pas prévu, c'est que Jean Dujardin choppe l'Oscar dans la nuit du dimanche au lundi alors qu'on avait bouclé le montage le jour même et qu'on l'a mis en ligne lundi. C'était comme si on avait trop préparé notre coup, alors que pas du tout !

Pourquoi ce transfert, il y a un an, d'Helmut Fritz à Eric Greff, ton vrai nom, avec le titre "Il est temps" ?
En fait, avant de créer ce personnage d'Helmut Fritz, j'ai fait beaucoup de pop de manière anonyme avec des potes que je connais depuis hyper longtemps. Et donc c'était un vrai challenge pour moi de matérialiser ça. Je n'ai jamais eu de signature en maison de disques donc je n'ai jamais pu proposer ce genre de son parce qu'à partir du moment où j'ai eu l'idée d'Helmut, ça a tout de suite plu. Et à ce moment là, je n'ai pas réfléchi à une autre alternative parce que ça me plaisait et que j'ai attendu très longtemps d'être face à un public assez grand. Après il y a eu cette pause et je me suis tout de suite dit "c'est le moment, lance-toi". En soit, je m'étais fait un nom, j'avais les bons contacts et une maison de disques qui me faisait confiance. Mais je pense aujourd'hui que c'était trop rapide parce que c'était trop loin de mon domaine. On passait d'une fable burlesque électro à une chanson pop mélancolique, donc personne n'a compris. Après j'avais deux options : soit m'acharner à vouloir quand même me lancer là-dedans en prenant le risque de repartir dans la galère que j'ai connu auparavant, ou bien me dire "est ce que j'ai vraiment tout dit sur mon personnage ?" Et j'ai fait mon choix.

Pourquoi attendre aussi longtemps ?
Ce que je ne voulais pas, c'était revenir à Helmut pour "continuer à marcher". C'est pour ça qu'il y a eu cette longue pause. J'ai vraiment attendu que ça me manque et d'avoir un truc frais à faire écouter. Et ce qui m'a manqué c'est ni le personnage, ni la promo, c'est la scène ! La tournée que j'ai fait, les gens qui hurlent et qui dansent sur un titre que j'ai écrit un matin, c'est tout simplement dingue ! Et c'est là où je me suis dit que ne me serais jamais autant amusé sur un titre comme les autres. "Ca m'énerve" a vraiment provoqué le délire dans les esprits. A la fête de la musique, ils étaient 150 000 et j'étais hyper stressé. Mais, une fois sur scène, c'était que du bonheur ! Et une fois que tu vis ça, t'es cuit, tu peux plus t'en passer...

Une fois ton prochain album terminé, tu prévois donc de faire une tournée ?
Oui, clairement. Mais, pour moi, les scènes vont redémarrer rien que sur le single ! Parce que, qui dit musique électro, dit tournée des clubs, et moi, je n'ai aucun problème avec ça, contrairement à certains qui pensent que le club est moins crédible que la scène parce qu'il n'y a pas les musiciens derrière. Mais, moi, c'est vraiment de me retrouver face au public et de chanter pour lui qui me fait kiffer. Donc on va repartir en tournée, on a des dates. On va réadapter les titres du premier album en ajoutant d'autres choses très énergiques dedans pour faire danser les gens, comme des freestyles vocaux sur Raid Against the Machine ou Nirvana. Donc la semaine prochaine, je vais en Suisse et on a des dates bouclées jusqu'en fin juillet pour ma tournée des clubs. Mais clairement, je ne vais pas m'arrêter à un single !

D'où te viennent tes idées quand tu scénarises tes clips ?
Dans mes clips, je peux me permettre d'être délirant parce que j'ai le personnage qui va avec. Superman a ses collants bleus, moi c'est mes lunettes ! Je trouve qu'il y a malheureusement trop de clips qui ne servent qu'à illustrer mollement une chanson et honnêtement, je m'emmerde devant. Quand tu as une chance de pouvoir faire un clip qui soit un court métrage déjanté qui sublime les paroles de la chanson, il faut la prendre et c'est ce que j'ai fait. Je scénarise ou co-scénarise toutes mes vidéos. L'idée de "Papa Noël" et celle du teaser The Artist étaient les miennes. Pour mon clip "Les Filles" qui arrive, ça n'était pas mon idée, mais je l'ai co-écrit avec le réalisateur parce que je veux vraiment toujours garder une vue sur les choses.

Pour ta chanson "Les Filles", est-ce que ça a été comme pour "Ca m'énèrve" ? Un matin tu t'es réveillé avec le projet en tête ?
Non. Pour cette chanson, j'ai pas mal bossé. Mais je voulais vraiment que l'idée de départ, le thème, me vienne d'elle-même, et c'est ce qui s'est passé. L'idée des filles qui hurlent, ça m'a fait marrer. Et à partir du moment où j'ai eu le déclic, je me suis mis à creuser. Je voulais que ça soit drôle, mais pas seulement. Qu'il y ait une petite touche de crédibilité en plus dans le son. Et, aujourd'hui, je trouve que "Les Filles" est plus dansant que "Ca m'énerve", mais c'est mon opinion. Je vais me faire charier pour avoir dit ça mais en écoutant bien le son derrière le texte, il y a des petits breaks, des petites touches qu'on est allé chercher chez Daft Punk et Deadmaus parce que j'avais envie que le son bastonne et qu'on se dit tout de suite que ça le fait !

C'est toi qui écris tes textes ou tu rencontres des auteurs ?
J'ai écrit absolument tous mes textes. Je ne peux pas chanter de chansons écrites par quelqu'un d'autre. C'est vraiment une règle d'or chez moi.

As-tu un mot à faire passer à tes fans qui sont hyper heureux de ton come-back ?
L'été arrive ! Moi, j'arrive aussi avec un premier son festif... Prenez le au premier, au deuxième, ou au dizième degré, mais surtout, amusez-vous dessus et éclatez-vous !

Où tes fans doivent-ils se rendre pour avoir de tes nouvelles ?
Ma page principale c'est sur Facebook, www.facebook.com/Helmutfritzofficiel. Et depuis quelques temps, je me suis mis à Twitter parce que j'ai enfin compris que c'était incontournable : @FritzHelmut.

Propos recueillis par Joséphine Marquardt
Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer Purefans News/Adobuzz.com

Helmut Fritz
Helmut Fritz revisite son tube Ça m'énerve version confinement !
Helmut Fritz : Plus Là, le clip mûr et sage
Helmut Fritz : Métro, boulot, disco, le clip ambitieux 100% Go-Pro
Helmut Fritz : "Métro, boulot, disco", le retour surprise
voir toutes les news de Helmut Fritz Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème