Havana Brown est LA nouvelle reine de la nuit. A la fois DJ et chanteuse, la bombe australienne est partie à l'assaut des dancefloors du monde entier avec ses singles We Run The Night et You'll Be Mine, extraits son premier EP "When The Lights Go Out" sorti cet été. Présente à la soirée Starfloor, samedi 20 octobre, la

Havana Brown est LA nouvelle reine de la nuit. A la fois DJ et chanteuse, la bombe australienne est partie à l'assaut des dancefloors du monde entier avec ses singles We Run The Night et You'll Be Mine, extraits de son premier EP "When The Lights Go Out" sorti cet été. Présente à la soirée Starfloor, samedi 20 octobre, la blonde so sexy a débarqué à Paris ce vendredi et a répondu aux questions de PurefansNews. Découvrez tout de suite notre interview d'Havana Brown !

Tu n'as pas commencé ta carrière musicale derrière les platines mais dans un groupe. Comment es-tu devenue DJ ?
Je vivais à Londres et j'avais signé avec un label là-bas pour sortir un album avec mon groupe Fishbowl. Il était composé de trois garçons et moi. Les mecs se sont disputés, et ça a carrément séparé le groupe avant même qu'on sorte notre premier single. Pourtant, on avait fini l'album, choisi le single...

C'est ce qui a tout déclenché ?
Devenir DJ est une chose à laquelle je n'avais jamais pensé, mais la rupture de mon groupe a représenté une sale période de ma vie. J'ai eu le sentiment que tout s'écroulait. Il fallait que je recommence tout à zéro. C'était déprimant, alors je sortais tous les soirs en boîte de nuit. J'ai commencé à regarder le DJ et je me suis dit : 'ça a l'air d'être le job le plus fun au monde'. C'est là que j'ai pensé que je pouvais faire encore mieux (rires). Le matin suivant, je suis allée voir un ami DJ et je lui ai demandé de m'apprendre. J'ai tout de suite adoré ça et ça m'a vraiment paru naturel. J'ai eu le sentiment que tout ce qui s'était passé avant, était arrivé pour que je devienne DJ.

Ca a été plus dur de devenir DJ en tant que fille ?
Oui. Il y avait peu de femmes DJ. Alors quand je disais que j'étais DJ, les gens ne me prenaient pas au sérieux. Ils pensaient que je m'amusais alors que j'étais super sérieuse et motivée. Ca été très dur de faire en sorte que les gens me croient. Du coup, j'ai fait des sets gratuitement. Ils ont adoré et j'ai pu décrocher des boulots de DJ résidente. Au bout de deux ou trois ans, j'ai commencé à être connue comme DJ et les gens ont compris que j'étais sérieuse et que ce n'était pas un simple hobby pour moi.

Tu as sorti ton premier single We Run The Night l'année dernière. Tu a été surprise par le succès de ce titre ?
On ne peut jamais deviner à l'avance qu'une chanson va faire un gros carton. Mais j'étais sûre de We Run The Night, je savais que c'était une super chanson. Je suis fière du succès que ce titre a eu.

Tu as ensuite enregistré un remix de We Run The Night avec Pitbull. Tu l'as rencontré en boîte ?
(Rires) Non, à vrai dire, il ne sort pas en boîte de nuit. En fait, j'étais en tournée avec Enrique Iglesias et Pitbull faisait aussi partie de ce tour. On était en Australie, il a entendu la chanson et l'a adorée. RedOne (ndrl : producteur du premier album de Lady Gaga ou encore de titres de JLo) travaillait déjà sur le remix, et c'est comme ça que tout est arrivé. C'est un honneur de l'avoir sur la chanson, car quand j'ai débuté en tant que DJ, je jouais tout le temps des titres de Pitbull. Même avant qu'il soit super connu. Sa musique a toujours fait bouger le dancefloor. Les soirs où la foule était plus difficile, je savais qu'ils se lâcheraient toujours sur du Pitbull.

Et tu te rappelles de la première fois où tu as joué We Run The Night ?
Absolument. La première fois où j'ai joué ma chanson, j'étais en tournée avec Chris Brown en Australie. C'est très stressant car depuis des années, j'étais derrière les platines et les gens me connaissaient seulement en tant que DJ. Puis je me demandais forcément si le public allait aimer ma chanson. J'adorais We Run The Night, j'avais hâte de la faire écouter, mais une semaine avant de la jouer pour la première fois en live, je me suis demandée 'Est-ce qu'elle est vraiment bonne ? Je ne sais pas !'. Je savais que c'était une bonne chanson, mais j'étais juste nerveuse. Heureusement, la première fois où je l'ai jouée pendant la tournée de Chris Brown, la foule a tout de suite super bien réagi.

Après We Run The Night, tu viens de sortir ton nouveau single You'll be mine. C'est toujours un tube parfait pour les clubs. C'est ton but, faire danser les gens ?
Tout à fait. Je suis aussi DJ et je joue de la musique pour faire danser les gens. C'est quelque chose que j'ai toujours voulu faire. Quand j'étais petite, j'écoutais toujours de la musique qui bouge, et qui me donnait envie de danser. Je pense que ce sera toujours mon but : rendre les gens heureux.

Tu es DJ et chanteuse. Tu comptes toujours faire les deux ou tu penses enlever un jour ta casquette de DJ ?
Non, je ne pense pas arrêter d'être DJ. J'aimerais être DJ toute ma vie (rires). Après, c'est sûr qu'un jour je ne vais plus avoir l'âge de vouloir aller en boîte. Quand j'aurai 40 ans je me dirai sûrement 'stop les boîtes de nuit'. Mais on ne sait jamais, David Guetta a 44 ans et il est toujours en boîte, alors ce sera peut-être aussi mon cas !

Certains disent que tu es la prochaine reine de la Pop. Prête à mettre ton grain de sel dans la guerre Madonna/Lady Gaga ?
Absolument ! Non, en fait je ne veux pas entrer dans cette guerre-là. Je ne veux pas me mettre entre ces deux-là, c'est flippant (rires). Mais j'ai vraiment pour objectif d'être la meilleure artiste possible. Et je travaillerai toujours dans ce but-là. Tant que je pourrai faire de la musique, voyager dans le monde entier, je serai heureuse.

Tu as aussi fait la première partie de nombreux artistes : Rihanna, Chris Brown, Britney Spears. Quel est le meilleur conseil qu'ils t'ont donné ?
Pitbull m'a donné beaucoup de conseils, mais ce que j'ai surtout remarqué, c'est qu'il travaille très dur. La musique est une industrie glamour, mais il y a beaucoup de travail derrière tout ça, peu d'heures de sommeil, beaucoup de temps passé en avion... Quand on est en coulisses, on réalise à quel point tous ces artistes travaillent dur. Surtout Pitbull. Il donne un concert, puis il se lève et il bosse dans sa chambre d'hôtel. Il n'arrête jamais de travailler. Mais il reste passionné et il continue de prendre du plaisir. Alors qu'on peut vite oublier de prendre du plaisir avec autant de pression sur soi.

Partir en tournée avec ces artistes, ça t'a donné envie de faire plus de scènes et moins de platines ?
A vrai dire, la plupart des fois où je suis partie en tournée avec ces artistes, j'allais en club après pour un set (rires). Ce qui est sûr, c'est que plus la foule est immense, mieux je me sens. J'adore la foule, alors forcément, j'aime jouer dans des grands stades et des salles immenses. Mais en même temps, les petites boîtes de nuit sont plus intimes, je me sens plus proche du public. Il y a des avantages des deux côtés. Après, c'est sûr que j'adore les grandes scènes où je peux faire le show, chanter, danser, aller dans tous les sens.

En parlant de grande scène, demain tu seras à Paris pour la soirée Starfloor. Tu sais quel genre de set tu vas faire ?
Oui, il a bien fallu que j'y réfléchisse car j'ai 12 minutes ! J'ai envie de mixer le plus de chansons possibles, et jouer des chansons bien précises. Ce qui est sûr, c'est que je vais jouer You'll be mine et We run the night.

Tu seras la seule DJ femme pendant cette soirée. Tu as le sentiment d'être respectée par le milieu maintenant ?
Oui. En fait, je reviens d'Amsterdam et j'ai mixé pendant la même soirée qu'Afrojack, David Guetta est passé... Jouer avec ces top DJs est assez incroyable. C'est un but ultime que de travailler avec les plus grands de cette industrie.

En parlant de David Guetta, tu le considères comme un modèle ?
Bien sûr ! Il a créé tellement de hits ! C'est aussi ce que j'ai envie de faire, tout en étant bien sûr plus investie d'un point de vue vocal. Mais sinon, bien sûr que David Guetta est un exemple : un DJ mondialement connu qui enchaîne les tubes.

Mais ton idole reste Janet Jackson ?
Janet Jackson est vraiment l'artiste qui m'a le plus influencée. Elle n'a pas sorti de musique depuis longtemps, mais je l'aime toujours (rires). C'est en la voyant que je me suis dit 'Je veux faire ce métier'. C'est comme ça que je suis devenue accro à la musique, au chant, à la danse.

Parlons de ton actu prochaine. Tu vas partir en tournée avec Rita Ora. Girl power ?
C'est une programmation très sexy. On a Rita Ora et la rappeuse australienne Iggy Azalea. Je pense que ça va être très sympa. Je ne suis jamais partie en tournée avec plusieurs filles. Ca va ressembler à une soirée pyjama d'une certaine façon.

Cet été tu as sorti ton premier EP. Ton album, lui, est prévu en début d'année prochaine. Il sera dans le même style ?
L'EP contient 5 chansons et montre qui je suis en tant qu'artiste. Il y a des chansons dance, mais aussi des titres un peu plus R'n'b, un peu de dubstep...Je voulais vraiment sortir cet EP pour faire découvrir mon style et annoncer ce qui vient.

Dernière question. En tant que reine de la nuit, quelle est pour toi LA chanson qui donne envie de danser ?
C'est dur, il y en a tellement... Il y a une chanson qui déclenche toujours quelque chose en moi, c'est Bohemian Rapsody de Queen. Ca ne me donne pas forcément envie de danser, mais surtout de chanter. Dès que j'entends cette chanson, je me mets à chanter comme une folle, même quand je suis crevée. Bien que ce soit une chanson complètement dépressive, elle me met toujours de très bonne humeur. (Propos recueillis par Charlotte Vaccaro)

Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer Purefans News / Adobuzz.com

Havana Brown
News
essentielles
sur le
même thème