Eric Antoine est LE magicien à suivre. Cet humorillusioniste vous fera passer de très bons moments. Et si vous ne le connaissez pas encore, il y a le DVD de son spectacle Mystéric qui est sorti le 30 octobre dernier. Pour l'occasion, il est revenu sur son parcours et son show de folie. PurefansNews vous dit tout !

Eric Antoine est LE magicien à suivre. Cet humorillusioniste vous fera passer de très bons moments. Et si vous ne le connaissez pas encore, il y a le DVD de son spectacle Mystéric qui est sorti le 30 octobre dernier. Pour l'occasion, Eric Antoine est revenu sur son parcours et son show de folie. PurefansNews vous dit tout !

Comment en es-tu venu à pratiquer la magie ?
Par curiosité. J'ai vu un magicien quand j'avais 7 ans à l'anniversaire de maman et j'étais absolument interpellé par le fait qu'il y ait des choses que je puisse ne pas comprendre. Je voulais absolument savoir comment ça fonctionnait. Je suis assez féru de sciences et de sciences humaines. Donc c'est important pour moi de savoir comment quelque chose fonctionne. Et c'est comme ça je pense que j'ai commencé la magie.

A quel âge as-tu commencé ?
J'ai débuté vraiment sérieusement dès l'âge de 13 ans. Je suis tombé par hasard sur une boutique professionnelle d'accessoires de magiciens qui est la plus ancienne du monde. En entrant, j'ai trouvé un bouquin sur la manipulation de balles de mousses et puis un truc sur les cordes. C'est comme ça que j'ai commencé à m'intéresser vraiment au sujet et à pratiquer plus, à regarder des DVD ou sur Internet pour m'améliorer. C'est ce qu'il y a de drôle dans ce métier c'est qu'il n'y a pas d'écoles. Il y a des clubs qui existent mais je n'y suis jamais allé. C'est un travail d'autodidacte.

Des magiciens t'ont influencé par la suite ?
Oui. Mes sources d'inspirations étaient surtout américaines puisqu'aux États-Unis il y a vraiment des stars de la magie. Ce n'est pas comme en France. Là-bas il y a des gens qui sont connus de tout le monde car il y a un vrai savoir-faire. Il y a des stars comiques de la magie, des stars de la grande illusion, des stars du mentalisme. Mais c'est le duo Pen & Teller qui m'a particulièrement influencé. C'est un duo comique complètement délirant qui a détruit toutes les règles de la magie, qui a un discours un peu social, un peu politique. Ça m'a vraiment beaucoup interpellé.

Pourquoi as-tu choisi d'unir la magie à l'humour ?
En fait moi je fais du théâtre plus que de la magie puisque j'ai joué dans des pièces, j'ai mis en scène , j'ai joué à la télé. Et puis la magie a toujours été un hobby, une passion, comme la musique ou la peinture. Pour gagner plus d'argent je faisais de la magie dans les bistrots, dans des restos, dans les mariages, les goûters d'enfants. Je faisais aussi un peu d'événementiel. Un jour, une société qui s'occupait de conférences médicales m'a engagé pour animer la fin d'une conférence qui avait pour sujet l'illusion. C'est la première fois que je me suis marré en voyant une vidéo de ce que j'avais fait. Si j'arrive à me surprendre moi-même c'est déjà pas si mal (rire). Du coup j'ai creusé et j'ai tiré le fil de ça, de ce mélange entre magie et humour qui était finalement un truc que je faisais depuis longtemps, mais je m'en rendais pas compte. Et c'est super parce qu'on ne connaissait pas ce ton là en France.

Justement ce n'est pas trop dur d'allier ces deux choses dans tes spectacles ?
C'est une tuerie pour le cerveau et pour le corps (rire). Ça a été très dur parce qu'il y a une dissociation terrible au niveau du cerveau. Côté magie on pense à quelque chose qui est technique et on ne doit pas du tout le faire percevoir sinon on sent le trucage. Après il y a le travail de l'humour et de l'écriture qui prend aussi beaucoup de temps. Par exemple quand je vais chez Drucker pour faire un nouveau numéro, je vois mes copains Mathieu Madénian et Olivier de Benoist qui ont des fiches, et qui finalement n'ont qu'un travail d'interprétation. Moi je suis obligé de tout faire de mémoire parce que je ne peux pas avoir des fiches dans les mains pour faire des tours de magie. J'ai une pression technique, si un tour foire je passe vraiment pour un couillon devant des millions de téléspectateurs et je dois présenter des textes précis et délirant avec l'interprétation qui va avec. Donc c'est vraiment difficile de faire une dissociation entre ce qu'on dit, ce qu'on fait, ce qu'on pense.

Tu as déjà utilisé cette particularité comme arme de séduction ?
(Rire) Je n'ai jamais fait de la magie à ma femme avant qu'on soit ensemble. J'ai toujours trouvé ça un peu ringard en fait les magiciens qui font des tours pour draguer. Il y a un bar à Paris qui s'appelle Le Chihuahua où des magiciens se rencontrent le mercredi soir. Et quand on est là-dedans, on voit 40 magiciens qui sortent un jeu de cartes et essaient d'impressionner les nanas. C'est quelque chose de terrible parce que finalement ça coupe toute l'émotion. L'acte de séduction je trouve que c'est un acte un peu réciproque. Si une personne fait tout pour se faire remarquer en général ça foire comme une merde.

Est-ce que parfois tu fais des tours pour embêter tes proches ?
Oui parfois j'en fait pour embêter les gens autour de moi et les faire flipper. Je vois un téléphone ou un porte-monnaie sur la table je le fais disparaître. Ça me fait rire. Ou parfois pire, ça m'est arrivé de me faire arrêter par la police parce que j'étais au téléphone pendant que je conduisais. Du coup j'ai fait disparaître mon portable dans ma manche et j'ai évité la contravention grâce à ça. Donc oui, je me sers quand même de quelques trucs au quotidien.

Ton personnage est assez particulier. Tu fais un peu penser à un savant fou. Pourquoi avoir choisi celui-là et pas un autre ?
Ça s'est fait un peu malgré moi. Ce personnage c'est une version "plus plus" de moi. J'ai un amour pour les sciences, la recherche, je suis curieux. Au théâtre ce sont toujours les rôles de fous qui m'ont le plus interpellé. Et il y a une sorte de folie chez moi. Je ne peux pas l'exprimer au quotidien sinon je n'aurais plus d'amis, plus de famille. Donc la scène est un endroit de liberté où tu peux aller au bout de tes idées, de ton corps et de toi-même. C'est venu au fur et à mesure des représentations. J'ai trouvé qui j'étais sur scène et ça a donné ça. Ce grand malade.

Tu n'as pas peur d'effrayer les enfants avec ta coiffure de malade ?
Je crois que malheureusement parfois des jeunes enfants doivent avoir un peu avoir peur quand je pars en live, quand je me mets à crier. Mais en général non. Par exemple j'ai une de mes vannes récurrentes qui explique que je n'aime pas trop les enfants. Et c'est une des blagues qui les fait le plus rire. Il me semble que plus je suis horrible et plus ça les fait marrer.

On se rappelle t'avoir vu dans Incroyable Talent en 2007. Est-ce que cette émission a été un tremplin pour toi ?
Incroyable Talent c'est l'étincelle qui a fait démarrer la machine C'était le début d'une médiatisation qui était extrêmement importante pour moi. La salle où je jouais à l'époque était complète dans les semaines qui ont suivi. Et puis c'était la rencontre avec mon attaché de presse actuel. Donc c'était un moment hyper important de ma carrière. En même temps c'était aussi un feu de paille parce que c'est monté aussi vite que c'est redescendu. Après tout le travail restait à faire. Heureusement, mon attaché de presse a fait jouer son réseau. Et de fil en aiguille ça s'est reconstruit..

Tu vises une catégorie de personnes en particulier dans tes spectacles ?
En fait j'ai de la chance parce que j'ai l'impression que ce que je fais s'adresse à tous les âges. La partie magique est peut-être un peu plus enfantine et en même temps c'est un puzzle intellectuel pour les gens plus âgés. La partie un peu plus drôle c'est plutôt pour les ados et les jeunes adultes. Pour finir il y a la partie un petit peu plus intello, théâtrale, qui est pour des gens plus âgés.

Ton DVD du spectacle Mystéric est sorti le 30 octobre 2012. Peux-tu nous expliquer quel est le thème principal du show ?
La question c'est 'qu'est ce que la magie ?'. Je différencie la prestidigitation et la magie. La prestidigitation c'est l'art du secret. C'est à dire qu'il y a des questions qui ont des réponses, mais leurs réponses sont cachées. Par exemple nous les prestidigitateurs, on n'a pas le droit d'en parler à vous, les moldus. Alors que le mystère est connecté lui à la magie. Et le mystère, c'est la question sans réponse. La question qui entraîne d'autres questions.

On peut voir que tu fais participer le public. C'est important pour toi ?
Très. En fait c'est une qualité et un défaut de la magie. Une qualité parce que le spectateur sur scène est inclus immédiatement dans le spectacle. Et c'est un défaut parce qu'ils n'ont pas forcément envie de monter avec moi. Après je ne fais monter que trois spectateurs et généralement après le 5ème-6ème rang il y a très peu de chance que ça tombe sur vous. Puis il y a des numéros qui sont obligatoirement participatifs. Par exemple celui que je fais sur la notion de l'amour où je prends un couple sur scène et tout ce que je fais à l'un l'autre le sent.

Tu as une petite anecdote marrante à nous raconter. Genre un spectateur qui t'a fait rire ou qui a tellement flippé qu'il a fait une gaffe ?
Je me souviens d'une nana qui est montée sur scène, on était en plein été. Il faisait une chaleur monstrueuse, elle était en col roulé, manteau, écharpe. Et avant de me serrer la main elle sort des gants en plastique et les enfilent avant de me toucher. C'était tellement extraordinaire. Ou alors il y a une petite mémé que je voulais embrasser à la fin d'un numéro. Et avant que je comprenne ce qu'il se passe, elle me prend la tête et me vole un baiser sur la bouche. C'était tellement drôle. Et il y avait un petit filet de bave. C'était magique. Ce qui est cool c'est que comme mon personnage n'est pas sérieux, tous les moments comme ça sont des cadeaux pour moi. C'est une source d'inspiration et d'improvisation.

Es-tu amoureux des colombes ? Dans ton spectacle on peut voir qu'elles sont en première partie et tu as créé la chanson "O ma colombe".
Bah oui c'est mes partenaires. Ces quatre oiseaux avec qui je travaille me font obtenir les rires de la salle. Le récit du mec qui est amoureux des colombes, moi, ça me fait marrer. Voilà pourquoi il y a cette histoire de la colombe qui se casse, qui revient à la fin et qui est la résolution du spectacle.

Que dirais-tu pour que les gens achètent ton DVD ?
Si ça te fais pas rire je te rembourse.

Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer PurefansNews / Adobuzz.com

News
essentielles
sur le
même thème