"J'ai été harceleur" : la prise de conscience choc du youtubeur Nino Arial contre le harcèlement
Après EnjoyPhoenix ou encore Lola Dubini, c'est au tour du youtubeur Nino Arial de mettre l'humour de côté pour s'exprimer sur un sujet des plus sérieux : le harcèlement scolaire. Dans une de ses vidéos, il dénonce notamment ce qu'il appelle les "harceleurs silencieux", dont il avoue faire partie...

La lutte contre le harcèlement est devenu un sujet important pour les youtubeurs, qui veulent profiter de leur notoriété pour mettre en garde leurs abonnés. Après EnjoyPhoenix de témoigner, Lola Dubini soulignait il y a quelques jours le fait que n'importe qui peut être du côté des harceleurs, sans s'en rendre compte pour autant. C'est justement à "ceux qui laissent faire" que le youtubeur Nino Arial s'est adressé dans une vidéo publiée sur sa chaîne YouTube. Une vidéo loin de son univers humoristique qu'il a décidé de faire après avoir discuté avec une jeune fille victime de harcèlement à l'école.

"J'ai été harceleur"

"J'ai été harceleur", peut-on lire sur la miniature de sa vidéo. Et pour cause, il se place du côté des "harceleurs silencieux", c'est-à-dire de ceux qui assistent aux moqueries et insultes sans intervenir : "Je me rappelle que moi aussi d'une certaine manière j'ai participé au harcèlement de certains élèves quand j'étais plus jeune. Je me disais que j'étais pas concerné par ces 'petits problèmes' qu'avaient les autres. Et au final, j'ai fait la grosse connerie de laisser faire, de ne rien dire. Pourquoi ? Parce que je me croyais neutre. Mais laisser faire et ne rien dire, ce n'est pas être neutre, dans le harcèlement il n'y a que deux camps : les harceleurs et les harcelés. Et aujourd'hui je me dis que si on ne fait pas partie d'un camp, on fait obligatoirement partie de l'autre."

Une prise de conscience saluée

Il tient donc à alerter 95 % de la population et appelle les internautes à se mettre à la place de ceux qui se font harceler et à prendre leur défense : "Le harcèlement, c'est pas seulement frapper ou insulter quelqu'un, c'est aussi faire des vannes pour rigoler." Une vidéo fortement partagée sur les réseaux sociaux, même plusieurs jours après sa sortie. C'est dire la force du message.

News
essentielles
sur le
même thème