Dracula, ça change des Tudors