Frédérique Bel défend la Minute Blonde