#objectifbikinifermetagueule. Vous avez certainement vu passer ce hashtag lancé le 28 avril dernier par la youtubeuse française Laura Calu. L'objectif : inciter les femmes (et les hommes) à s'assumer en bikini, alors que la période des régimes est lancée. Un mouvement suivi par de nombreux internautes, qui ont partagé des photos de leurs corps et de leurs formes.

Alors que l'été approche et que l'idéal du corps parfait reprend le dessus, de nombreuses influenceuses tentent de faire passer un message. Après Juju FitCats qui dévoile sa cellulite pour dénoncer l'utopie des physiques parfaits, c'est au tour de la Youtubeuse française Laura Calu d'encourager les femmes (et les hommes) à assumer leur corps.

#objectifbikinifermetagueule

Pour cela, elle a lancé ce samedi 28 avril 2018 le hashtag #objectifbikinifermetagueule, incitant les internautes à envoyer des photos d'eux tels qu'ils sont. "Bienvenue dans la période, proche de l'été, où les médias nous rappellent constamment que la chose la plus importante pour les femmes, c'est l'objectif bikini. Je pense que la chose la plus importante, c'est de se sentir bien comme on est. Il paraît même que quand on se sent bien, on est vachement plus belle.", écrit-elle en légende d'un montage photo comparant un corps "parfait" et un corps "normal".

Un hashtag qui rassemble

Elle ajoute : "Puisque des photos de femmes parfaites le plus souvent retouchées envahissent nos écrans voici des photos de femmes comme elles sont. La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde, il n'existe pas de perfection. J'ai envie une fois de plus de crier haut et fort que toutes les femmes sont belles." Le message semble être passé puisque le hashtag rassemble de nombreux internautes, lesquels ont joué le jeu en partageant des clichés de leur corps en bikini, fiers de leurs formes.

"Quoique je fasse je ne me sens jamais assez parfaite"

L'humoriste elle-même a partagé une photo d'elle en bikini, expliquant avoir elle aussi souffert de la pression qu'ont les médias sur le corps des femmes : "Tu peux te dire ce que tu veux. Que je suis moche, que j'ai du ventre ou que je n'ai pas de complexes à avoir. Je suis le genre de nana qui n'ose pas aller à la plage, qui n'ose pas se balader en maillot. Qui souffre de son corps depuis l'enfance. J'ai trop mangé les images et stéréotypes de corps parfaits véhiculées par les médias et encore aujourd'hui, quoi que je fasse je ne me sens jamais assez parfaite. [...] C'est dans la tête tout ça et je n'ai plus envie de m'empêcher de vivre pour un corps. Finalement, j'ai envie de le remercier ce corps. C'est vrai, il est là, il est en bonne santé, il me permet d'avancer. [...] Je crois que le plus important c'est d'être heureux et de s'accepter tel que nous sommes."