Sigala se confie en interview pour Purebreak
Sigala se confie en interview pour Purebreak
Célèbre pour ses tubes "Easy Love", "Came Here For Love", "Give Me Your Love" et "Sweet Lovin'", le DJ britannique Sigala a accordé une interview exclusive à PRBK afin d'évoquer son succès, son futur album, ses collaborations à venir (comme avec Lost Frequencies) ou encore de la façon très particulière dont il a écrit son premier single.

"L'amour est un sujet auquel on peut tous s'identifier"

Purebreak : Tu es célèbre depuis 2015 grâce à "Easy Love". Pourquoi avoir choisi de sampler "ABC" des Jackson Five sur ce morceau ?

Sigala : Reprendre une vieille chanson n'était pas mon idée première. Un ami à moi m'a fait écouter des morceaux a cappella de Marvin Gaye, Police ou encore Bob Marley, et dans le lot il y avait les Jackson Five. J'ai commencé à jouer leur titre a cappella au piano et quelque chose de spécial s'est produit. C'est venu comme ça...

Pour cette chanson, l'inspiration te serait venue après avoir bu quelques bières. Tu peux nous en dire plus sur cette histoire ?

(Rires) Avant d'écrire cette chanson, je composais et produisais des morceaux pour d'autres artistes depuis 3 ou 4 ans. Je suis arrivé à un point où j'en ai eu marre parce que ça m'empêchait d'être créatif. Du coup, un dimanche soir, j'ai eu envie de faire quelque chose de fun, rien que pour moi et sans prise de tête. Je ne voulais pas avoir de limite, je me suis donc mis à boire quelques bières et puis voilà, la chanson "Easy Love" est née.

Après le succès de ce premier single, tu as eu la pression pour tes autres morceaux ?

Bien évidemment qu'il y avait de la pression après le premier single, mais honnêtement, je n'y pensais pas vraiment car j'étais excité par tout ce qui m'arrivait. Je me suis même mis à faire des choses dont je ne pensais pas être capable. J'ai surtout essayé de reproduire mon style dans mes autres morceaux et de rendre les gens heureux.

La plupart des tes titres contiennent d'ailleurs le mot "Love", est-ce une coïncidence ?

Oui, on peut dire ça, je ne sais même pas pourquoi ce mot revient souvent. C'est un sujet qu'on connaît tous et auquel on peut s'identifier facilement. J'ai vraiment l'impression que c'est un thème positif et c'est donc pour ça que j'aime écrire là-dessus.

Quand tu étais petit, tu étais un passionné de jazz et de piano. Pourquoi avoir choisi la musique électro comme travail ?

Je pense qu'il y a plus de choses à faire en matière d'électro. Je suis assez ouvert d'esprit et ça ne me dérange pas de tenter des choses nouvelles et de dépasser mes limites même si j'ai toujours adoré jouer du piano. Je jouais d'ailleurs régulièrement dans des groupes, mais c'est difficile de réussir à se faire un nom avec d'autres personnes.

Le clip "Came Here For Love"

"J'aimerais beaucoup travailler avec Ellie Goulding"

Comment ont réagi tes parents quand tu leur as annoncé que tu voulais être DJ ?

Au début, ils n'ont pas trop aimé l'idée. Ils m'ont quand même soutenu dans l'idée de faire de la musique, mais mon père avait pour habitude de me demander chaque semaine quand est-ce que je trouverais un vrai travail. (Rires) Avant de sortir "Easy Love", je ne gagnais pas bien ma vie, du coup mes parents s'inquiétaient pour moi. Ils se demandaient comment j'allais réussir à payer mon loyer. Du coup, ils me poussaient à trouver un vrai travail, mais quand ma musique a commencé à avoir du succès, ils ont compris que ce métier pouvait marcher.

Tu as collaboré avec John Newmann, Craig David et Ella Eyre. As-tu prévu de sortir d'autres featurings ?

Je suis en train de préparer mon album, qui j'espère sortira l'année prochaine, sur lequel on retrouvera des collaborations plutôt sympa, mais pour le moment je ne peux pas vraiment en parler.

Des collaborations avec des artistes mondialement connus ?

Oui, j'ai par exemple travaillé avec Flo Rida, Kylie Minogue et le groupe The Vamps.

Avec quel artiste tu rêverais de travailler ?

J'aimerais beaucoup travailler avec Ellie Goulding. Je suis en train de tout mettre en place pour que ce souhait se réalise. Je compte bien lui envoyer quelques morceaux prochainement.

Aujourd'hui, il y a énormément de DJs dans le monde. Comment tu arrives à te démarquer ?

Mon secret est de réaliser de la musique qui me correspond. Je m'inspire beaucoup de ce qui m'entoure, mais ce qui me différencie peut-être des autres DJ est le fait que mes morceaux soient extrêmement positifs et qu'ils rendent heureux les gens.

Le clip "Sweet Lovin'" de Sigala

"Il est fort possible que je sorte une collaboration avec Lost Frequencies"

Y-a-t-il de la compétition entre les DJs ?

Pas vraiment pour être honnête. J'ai toujours été surpris par la gentillesse des DJs que j'ai rencontré. Quand j'ai commencé, je ne savais pas à quoi m'attendre, mais je me suis fait de très bons amis. Je les vois souvent car on est dans la même situation, on ne voit pas souvent nos amis et nos familles. C'est toujours sympa de passer du temps avec des gens qu'on connaît quand on est loin de chez nous.

Tu penses quoi des jeunes DJs français comme Lost Frequencies ou Kungs ?

Je suis un grand fan de Lost Frequencies, c'est un bon pote à moi et j'adore ce qu'il fait. Il est d'ailleurs fort possible qu'une future collaboration voit le jour car on est en pleine discussion. Sinon, ça fait un moment que je suis fan de la musique française, notamment de la house music, car il y a beaucoup d'artistes talentueux en France. C'est un pays que j'ai envie de connaître davantage et où j'ai envie de jouer plus souvent.

Beaucoup de personnes veulent faire ce métier aujourd'hui, tu as des conseils à leur donner ?

Le but est avant tout de se concentrer sur ce qui nous plaît et non sur les envies des autres. Ces personnes doivent suivre leur instinct et rester elles-mêmes.

Quels sont les inconvénients en tant que DJ ?

L'inconvénient premier est de voyager régulièrement pour des concerts et des festivals. Je ne vois pas assez souvent ma famille et mes proches et ça me manque, mais je ne me plains pas car je fais ce que j'ai toujours voulu faire. Je découvre aussi des endroits magnifiques et des pays extraordinaires.

Penses-tu que les gens puissent un jour se lasser des DJs ?

Je ne sais pas, peut-être. Les DJs sont considérés comme les groupes de nos jours, ce que je trouve génial. Si tu regardes le top des ventes, la moitié sont des DJs, ce qui n'a jamais été le cas jusqu'à aujourd'hui, mais le monde est souvent en train de changer, du coup on ne sait pas ce qui peut arriver.

Propos recueillis par Lola Maroni. Contenu exclusif. Ne pas reproduire sans citer PureBreak.com