Roselyne Bachelot appelle à la responsabilité des "jeunes" pour le port du masque
Roselyne Bachelot appelle à la responsabilité des "jeunes" pour le port du masque
Le concert de The Avener à Nice, les rave-parties dans la Nièvre et près d'Arcachon... Ce week-end, plusieurs rassemblements ont suscité l'indignation de nombreux Français ainsi que des politiques, à une période où la menace d'une deuxième vague de coronavirus pèse. Invitée ce lundi 13 juillet 2020 sur LCI, la ministre de la culture Roselyne Bachelot en a appelé "à la responsabilité des jeunes".

Devra-t-on bientôt être obligé de porter le masque dans tous les lieux fermés ? Ce lundi 13 juillet 2020, le premier ministre Jean Castex a annoncé que "la question de développer l'usage et le port du masque est bien à l'étude. En particulier, cela concernerait prioritairement tous les lieux, quels qu'ils soient, clos." En cause : plusieurs événements comme le concert de The Avener à Nice et deux rave-parties sauvages rassemblant plusieurs milliers de fêtards dans la Nièvre et près d'Arcachon. A chaque fois, on a pu constater un relâchement de la part des Français, qui ne portaient pas de masque et ne respectaient ni la distanciation sociale, ni les gestes barrières.

Roselyne Bachelot en "appelle à la responsabilité des jeunes"

Invitée ce lundi 13 juillet 2020 sur LCI, Roselyne Bachelot, tout fraîchement désignée ministre de la culture, est revenue sur ces événements et a pointé du doigt les jeunes : "La doctrine de sécurité sanitaire évolue de jour en jour en surveillant l'épidémie comme le lait sur le feu. Ce que je constate c'est que les responsables des lieux culturels sont très responsables. Ce qui pose vraiment un problème ce sont ces rassemblements je dirais, de jeunes, les rave-party..."

"Le masque, il faut vraiment le porter"

Celle qui fut chroniqueuse du Grand 8 en "appelle à la responsabilité des jeunes" : "Le masque, il faut vraiment le porter. C'est une question de responsabilité, de protection des plus fragiles. On pourra faire toutes les législations du monde, si on décide de s'en abstraire, ce n'est pas possible." Elle se dit pour un port du masque obligatoire : "Je trouve que c'est une excellente formule". Afin d'aider les travailleurs du monde culturel, en crise, elle annonce des "crédits budgétaires, des exonérations fiscales et sociales qui seront distribués au monde de la culture en très grande difficulté". Elle espère également une mise en place rapide des aides pour les intermittents du spectacle.