Une interview de Rachel Dolezal sur ses mensonges.
Rachel Dolezal est depuis plusieurs jours au coeur de la polémique aux Etats-Unis. Cette femme de 37 ans passionnée par les questions de diversité et par la culture afro-américaine faisait croire depuis son adolescence qu'elle était noire. Trahie par ses parents qui ont révélé à la presse, photos à l'appui, qu'elle était blanche et blonde dans son adolescence, la jeune femme reste pour l'instant silencieuse sur les raisons qui l'ont amenée à se faire passer pour afro-américaine. L'affaire est d'autant plus prise au sérieux que Rachel Dolezal était parvenue à se faire élire à la tête de la NAACP de la ville Spokane, antenne locale de la plus vieille et plus importante organisation de défense des droits des noirs des États-Unis.

Confuse et acculée, Rachel Dolezal laisse l'Amérique perplexe

Les parents de Rachel Dolezal se sont exprimés après plusieurs requêtes de la presse, qui avait déjà interrogé l'intéressée à propos de ses origines sans jamais obtenir mieux qu'une réponse vague. Après ces révélations, Rachel Dolezal a été de nouveau interviewée. Sur la chaîne KXLY, à la question "êtes-vous noire ?", la militante antiraciste n'a su répondre que "je ne comprends pas votre question".

Rachel Dolezal a finalement expliqué être "transracialiste", un néologisme qui interroge les américains. Les États-Unis sont en effet une nation en pointe sur la question identitaire, de part son histoire (esclavage et ségrégation raciale organisée par l'Etat jusqu'en 1964) et son système communautaire très fort. Par sa culture, ses études et ses fréquentations, Rachel Dolezal s'identifie comme afro-américaine plutôt que comme une américaine blanche.

La jeune femme récolte tant soutiens et reproches, certains reconnaissant la sincérité de son engagement en faveur des noirs quand d'autres lui reprochent d'être une usurpatrice (une femme noire ne pouvant pas devenir et être acceptée comme blanche, à l'inverse de ce qu'elle a fait). Elle a reconnu s'être trompée tout en contestant être blanche car "c'est plus compliqué que cela". Elle a démissionné de la présidence du NAACP.

Une vie complexe qui l'a poussée au mensonge

Rachel Dolezal semble avoir eu un parcours compliqué. Seule fille d'une famille de six enfants (elle a quatre petits frères noirs adoptés et un grand frère blanc), elle était en froid avec ses parents depuis longtemps, lesquels confient qu'elle était en proie à des souffrances psychologiques depuis longtemps et s'avouent "inquiets du niveau de malhonnêteté" dont elle fait preuve.

Immergée dans la culture afro-américaine dès son plus jeune âge, elle a vite milité contre le racisme et a suivi des cours d'art et d'histoire afro-américaine (qu'elle enseigne aujourd'hui) à l'Eastern Washington University, les plus prestigieuses et plus fréquentées par la noirs des Etats-Unis. Parmi les zones d'ombres de la jeune femme, le fait qu'elle prétendait qu'un de ses amis proches, noir, était son véritable père, des plaintes pour agressions racistes mais aussi pour racisme anti-blanc. Elle avait également soutenu une plainte, en 2013, contre son grand-frère Joshua, qui était accusé d'avoir abusé sexuellement un enfant noir 11 ans auparavant. En jeu : la garde d'un de ses frères adoptifs.

Toutes ces affaires font en tout cas grand bruit aux Etats-Unis qui se passionne pour la personnalité trouble de Rachel Dolezal et les questions que son désir de passer pour une noire soulève.

Découvrez d'autres histoires incroyables dans notre revue de web : Extraordinaire : en donnant son sang, cet Australien a sauvé 2 millions de bébés ! / Sans son chien, cette femme serait probablement morte : une histoire incroyable / SDF pendant 6 ans, elle est aujourd'hui l'une des meilleures footballeuses de l'équipe britannique