José Anigo VS Les Guignols : l'ex directeur sportif de l'OM attaque Canal + en justice pour diffamation après un sketch sur la mort de son fils, Adrien Anigo
José Anigo VS Les Guignols : l'ex directeur sportif de l'OM attaque Canal + en justice pour diffamation après un sketch sur la mort de son fils, Adrien Anigo
Au lendemain de l'assassinat d'Adrien Anigo -le fils de José Anigo- de nombreux téléspectateurs de Canal+ avaient été choqués par un sketch des Guignols à ce sujet. Et parmi les téléspectateurs, il y avait aussi la famille Anigo. Hier, la chaîne cryptée était convoquée au tribunal correctionnel de Marseille et risque désormais d'être condamnée pour diffamation après une plainte déposée par José Anigo, l'ancien directeur sportif de l'OM.

Diffamation et atteinte à la dignité ?

"Y a-t-il pire atteinte à l'honneur et à la considération d'un père endeuillé que celle de lui imputer la responsabilité, imaginaire mais ravageuse, de la mort de son fils ?", a lancé l'avocat de José Anigo, ce mardi 4 novembre 2014 devant le tribunal correctionnel de Marseille. L'ex directeur sportif de l'OM a en effet déposé plainte pour diffamation contre Canal+ et les Guignols. En septembre 2013, au lendemain de l'assassinat d'Adrien Anigo, le fils du sportif marseillais, les Guignols avaient ironisé sur ce triste événement. Aujourd'hui, si la famille Anigo ne conteste pas "le droit à la satire", elle soutient que celui-ci doit "céder le pas à la dignité de la personne (...) surtout au lendemain de la mort de son fils".

José Anigo réclame 100 000 euros

Lors de l'audience au tribunal, l'avocat de Canal + a plaidé la "bonne foi" comme le rapporte l'AFP : "[Les Guignols] est une émission humoristique (...) qui ne prétend pas délivrer une information mais s'appuie sur l'actualité pour la présenter parodiquement. Il est possible de considérer que l'effet humoristique était de mauvais goût, mais pas attentatoire à la dignité humaine (...) C'est le propre des humoristes de s'emparer des évènements tragiques". José Anigo réclame 100 000 euros de dommages et intérêts, qui devraient être reversées à des activités éducatives et sportives. Le tribunal correctionnel de Marseille rendra son jugement le 16 décembre prochain.

José Anigo
News
essentielles
sur le
même thème