Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

A l'occasion de la sortie de sa bande-dessinée, intitulée "Comme on peut", Jhon Rachid est revenu sur son enfance difficile, entre pauvreté et foyers d'accueil. De son vrai nom Mohamed Ketfi, le youtubeur lyonnais s'est notamment confié sur la solitude et les angoisses qu'il ressentait.

Après avoir rassemblé plus d'1,4 million d'abonnés sur sa chaîne Youtube, après avoir doublé dans la série Dragon Ball Super, Jhon Rachid a dévoilé ce lundi sa toute première bande-dessinée, intitulée Comme on peut. Dans celle-ci, le vidéaste raconte son enfance difficile, alors qu'il a grandi dans une famille pauvre et passé de longues années dans les foyers sociaux. Né en Algérie au sein d'une famille algérienne, Mohamed Ketfi, de son vrai nom, arrive en France, à Lyon, peu de temps après sa naissance.

Jhon Rachid se confie sur son enfance pauvre et la vie en foyers

Mais c'est dans une famille pauvre qu'il grandit : "chez moi il n'y avait pas de douche, on se lavait dans une grande bassine en fer devant la porte.", raconte-t-il dans sa BD. Ce mercredi matin dans L'Instant M, sur France Inter, il explique comment il l'a vécu : "On ne le voit pas quand on est petit, ça. On grandit dans un univers, dans un cocon, parce que chez moi, il faisait bon, il faisait chaleureux, j'avais tout ce que je voulais, je mangeais à ma faim. On ne se rend pas compte que les parents galèrent, qu'on n'est pas dans un endroit comme tout le monde. [...] Pour moi, grandir normalement, c'était ça, alors que c'était pas ça, je m'en suis rendu compte juste après."

"J'étais pas seul dans le foyer mais seul dans ma chambre"

A 7 ans, alors que ses parents ont eu deux nouveaux enfants, il est placé en foyer après que les services sociaux ont été alertés de son cas : "Très simplement, par l'école. Je dormais en classe, je n'étais pas forcément bien habillé tout le temps, j'étais un petit peu ailleurs... Ils se sont très vite rendus compte avec mon assistante sociale que chez moi c'était un petit peu plus compliqué." Le vidéaste lyonnais relativise : "Dans mon malheur, j'étais que pauvre (...) il y a des gens qui étaient placés parce que les parents les tapaient", a-t-il confié à France info. S'il se considère chanceux, il souffrait tout de même de solitude : "J'étais pas seul dans le foyer mais seul dans ma chambre et seul dans ta chambre, ce sont des angoisses, c'est du silence". S'il arrête le collège en 5e et travaille en boutique France Télécom (Orange), c'est sur Youtube qu'il s'épanouira avec talent.

Jhon Rachid
Jhon Rachid : "angoisses", "silence"... il se confie sur son enfance en foyer
Jhon Rachid : après "Jour de pluie", le vidéaste revient avec un nouveau court-métrage, "le Fantôme"
Jhon Rachid ignoré par le cinéma ? "On ne me propose rien"
Jhon Rachid reprend "Air Max" de Rim'K et Ninho... en version court-métrage
voir toutes les news de Jhon Rachid Découvrir plus d'articles