Alexandre Calvez dénonce l'hypocrisie sur Youtube : "beaucoup de personnes sont là par intérêt"
Il est connu pour ses vidéos dans lesquelles il teste des objets insolites : Alexandre Calvez est le roi du "Do it yourself" sur Youtube. Mais, s'il compte plus de 780 000 abonnés sur sa chaîne, il n'hésite pas à dénoncer l'hypocrisie de certains vidéastes à la recherche de la notoriété...

Du slime, un stylo 3D, un pistolet à churros, une tasse qui ne se renverse jamais... Sur sa chaîne Youtube, Alexandre Calvez teste différents objets et en fabrique d'autres. Avec plus de 780 000 abonnés, il fait rire de nombreux internautes qui, au final ne connaissent que très peu de choses sur lui. S'il tient à rester discret sur sa vie privée, c'est pour une raison, comme il l'a confié dans une interview accordée à Sam Zirah.

Il balance sur l'hypocrisie sur Youtube

Le roi du "Do it yourself" explique notamment qu'il est sur Youtube pour partager ses créations, et non pour être célèbre, contrairement à d'autres youtubeurs : "Il y a beaucoup d'hypocrisie, de points négatifs.", déplore-t-il. "C'est un petit milieu où beaucoup de personnes sont fausses et sont là par intérêt parce qu'elles cherchent la notoriété. C'est quelque chose que j'essaie de ne pas approcher. Pour moi, c'est vraiment le cancer de Youtube. C'est quelque chose qui me fait peur. C'est un peu fort mais limite, ça me dégoûte." C'est en partie pour ça qu'il a quitté Paris pour retourner vivre en Bretagne, d'où il est originaire : "les conditions de vie ne sont pas si géniales que ça et c'est très fake. Ça ne me ressemble pas.".

"Je ne cherche pas à me mettre en avant"

Prenant son activité sur la plateforme avec beaucoup de recul, il avoue ne pas être attiré par la célébrité : "Je fais des vidéos, y'a des gens qui me regardent, mais ce n'est pas pour autant que je dois accepter les mauvais côtés. Je n'ai pas envie de tout ça, que les gens viennent sonner chez moi, qu'ils me reconnaissent dans la rue, même si, quand ça arrive, je suis content de voir les gens. Ce n'est pas forcément quelque chose que je recherche. [...] Je ne cherche pas à me mettre en avant, je n'en ai pas envie. Je n'ai pas envie de partager ma vie privée avec 700 000 personnes.".