Que ça soit sur scène ou dans ses vidéos Youtube, Nicolas Meyrieux tient à provoquer les consciences en parlant d'écologie, des guerres, ou encore de politique. PureBreak a eu l'occasion d'interviewer cet humoriste engagé et écolo de 31 ans. Parcours difficile, convictions, veganisme... celui qui est passé par On n'demande qu'à en rire se confie.

PureBreak : Tu te destinais à être kiné avant de tout plaquer pour devenir humoriste. Quel a été le déclic ?

Nicolas : Mon oncle, qui est humoriste. A 21 ans, alors que j'étais en étude de kiné et que j'avais déjà fait 2 ans de médecine et fac de sport, il continuait de me demander ce que je voulais faire plus tard. Je lui ai répondu "comédien", il m'a alors dit "fais le !" et ça a été un déclic. J'ai eu la preuve de quelqu'un en face de moi qui a été SDF et qui aujourd'hui est un artiste contemporain. Quand on veut vraiment se donner les moyens de faire quelque chose, on peut le faire.

Tu n'as pas eu peur de tout quitter ?

Ça fait extrêmement peur ! Ma mère a arrêté de me parler pendant 6 mois, mon père pendant un an, ça a été la misère. J'ai dû prendre 2 boulots en même temps pour pouvoir payer le loyer. Et ça n'a été que le début de l'aventure, il y a encore eu plein de mésaventures après. Ça fait peur mais, je ne sais pas comment l'expliquer, c'était une évidence, il fallait que je fasse ça.

Tu as participé à "On n'demande qu'à en rire". Quel souvenir gardes-tu de l'émission ?

C'était très dur comme environnement pour moi car ça ne faisait que quelques mois que je faisais ce métier. En arrivant dans une émission pareille, on se rend compte de ce qu'est le show business. Quand on est de l'autre côté de la TV, c'est bien, mais quand on est de l'intérieur, c'est moins bien. Mais ça a été très formateur pour moi : ça m'a appris une rigueur et le professionnalisme.

Nicolas Meyrieux dans On ne demande qu'à en rire

Est-ce que ça t'a permis de créer des contacts ?

C'est comme ça que j'ai eu mon agent, Daphné Thavaud. Elle était venue voir un autre artiste dans un comedy club et a adoré ce que j'avais fait. A l'époque, elle ne cherchait pas à m'embaucher mais, le lendemain de mon premier passage télé, elle me rappelle après un an sans nouvelle pour me demander si j'avais un agent.

Est-ce que, aujourd'hui, tu aimerais participer à une émission du même genre ?

Non, certainement pas. Quand j'ai fait cette émission, je jouais sur scène devant 8 personnes en moyenne donc j'ai tenté le tout pour le tout. Je perdais de l'argent donc il me fallait quelque chose pour ne plus perdre d'argent. C'était un coup de poker et ça a marché car, la semaine suivant mon passage, la salle était blindée.

"Je n'avais plus de famille, plus d'appart, plus de boulot"

Pourquoi t'être lancé sur Youtube, en plus de ton spectacle ?

Quand je suis arrivé sur Paris, j'avais un petit appart à Belleville et je me suis fait agresser par des kaïras. J'ai quitté mon appart et, deux mois après, je me suis fait licencier de mon boulot alimentaire qui était chasseur de tête et je me suis retrouvé SDF. Je n'ai dormi que 2 nuits dehors, je squattais chez des potes étudiants. Vu que j'étais venu à Paris pour devenir comédien, il fallait que je trouve quelque chose pour rester connecté à ce métier, et c'est là que je me suis mis sur Dailymotion. Mon petit frère avait une petite caméra et j'avais acheté des éclairages de chantier, les vieilles lumières jaunes dégueulasses mais au moins j'avais des lumières et j'allais filmer chez les gens. Je leur demandais s'ils pouvaient me prêter un mur blanc. Au début, ça ne marchait pas (je faisais 1500 vues de moyenne), donc j'ai arrêté. Puis j'ai travaillé avec aufeminin.com, qui m'ont demandé si j'avais des concepts à leur proposer, et c'est là que je leur ai proposé La Barbe.

Nicolas Meyrieux

Jhon Rachid, Kemar, Max Bird... Tu as tourné des vidéos avec plusieurs youtubeurs. Avec qui aimerais-tu tourner ?

Tous les gens avec qui je tourne sont des gens que j'aime bien. J'ai déjà tourné avec mes préférés. Après, la liste est longue, j'aimerais tourner avec Pierre Croce, Yes vous aime, Juliette Tresanini et Maud de Parlons peu mais parlons (je suis allée 2 fois chez eux, elles ne sont jamais venues chez moi), Mich (dans Tout pour le muscle), Jonathan O'Donnell, Fabien Olicard, Kyan Khojandi, Jérémie Déthelot, Raphaël Liot, Tristan Lopin, Shirley Souagnon, Maxime Gasteuil, Guillaume Meurice, Maxime Musqua, Tout le monde s'en fout, Vincent Verzat, Simon Puech, etc.

"Je pense que si on ne change pas les choses très vite, c'est la fin de l'humanité à la fin du siècle"

Que ce soit sur Youtube ou dans tes spectacles, tu parles d'écologie, des guerres, de politique, c'est important pour toi de traiter de ces sujets là via l'humour ?

Ultra important, c'est la base de ce que je fais. Sinon je ne le ferais pas. Je suis un écolo convaincu, je pense que si on ne change pas les choses très vite, c'est la fin de l'humanité à la fin du siècle. Quand tu vois la montée des eaux, les réchauffements de la température, les problèmes d'eau, les terres agricoles qui se meurent, le manque d'énergie à venir (car elle n'est pas infinie)... Quand j'ai commencé le métier, je voulais juste être comédien et humoriste puis je me suis aperçu que personne ne parlait du fait que la planète est en train de mourir. Je me suis décidé à utiliser mon métier pour en parler. Je ne dis pas que je vais sauver le monde, mais je fais ma part. C'est un effet boule de neige.

Tu as des retours ?

Plein, c'est ce qui me pousse à continuer. Sinon, j'arrêterai. Je reçois des centaines de messages de gens qui sont devenus végétariens en regardant mes vidéos, qui se déplacent uniquement en vélo, qui ont fait leur potager, qui ont changé d'études ou carrément de carrière. Un mec qui construisait des plateformes pétrolières a décidé de reprendre ses études pour devenir ingénieur environnemental. J'ai un impact que je peux mesurer.

D'autres youtubeurs comme Léa Camilleri et Jérôme Jarre s'engagent régulièrement. As-tu déjà pensé à t'associer à eux ?

Pas encore, mais peut-être que ça viendra. Léa, c'est une copine, mais Jérôme Jarre est un énorme youtubeur donc je ne pense pas l'intéresser pour une collab, après je suis peut-être défaitiste. Le 1er mai dernier, j'ai fait une vidéo avec d'autres youtubeurs pour expliquer aux gens qu'il faut arrêter de se laisser faire et qu'il faut se bouger le c**.

Tu as déjà pensé à t'engager en politique ?

Non, je ne crois pas du tout en la politique. Pour moi, le pouvoir est une arme qui convient aux gens qui ont besoin d'écraser les autres. Je ne connais pas un seul homme politique qui soit bon. Non, je ne m'engagerai pas, sauf si un jour les gens me demandent de le faire mais ça ne m'intéresse pas. Je pense que j'ai beaucoup plus d'impact en faisant ce que je sais faire.

Tu es écolo et engagé dans la vie de tous les jours ?

Comme disait Gandhi, rien ne sert de faire des beaux discours, il faut montrer l'exemple. J'applique ça quotidiennement : j'évite les sachets plastiques, je vais au marché tous les dimanche faire les courses pour la semaine, je n'achète des vêtements qu'en friperie, je ne prends plus l'avion alors que mon frère habite au Mexique et ma mère à la Réunion, je roule en vélo électrique... J'essaie de faire attention à toutes mes consommations. La semaine dernière, j'ai acheté une ferme dans les Landes pour être en autonomie alimentaire et énergétique.

"Etre vegan, il ne faut pas que ça soit juste une mode"

Que penses-tu des influenceuses qui deviennent vegan comme Kylie Jenner, Beyonce ou Nabilla Benattia ?

Pour une fois que c'est une mode qui sert une cause, c'est plutôt une bonne chose (rires) ! Ça ne peut être que bénéfique pour l'humanité et la planète. Je ne dis pas que je la cautionne, je ne suis pas vegan, je mange des oeufs et du miel mais je n'ai rien contre eux. Dans une vidéo, je dis même que ce sont les superhéros de notre civilisation. Après il faudrait faire du cas par cas et voir avec les célébrités pourquoi elles sont vegan. Il ne faut pas que ça soit juste une mode mais qu'il y ait des vraies convictions, profondes. Quand je suis devenu végétarien, c'était pour des raisons écologiques, puis elles sont devenues éthiques. Le problème des modes, c'est que ça vient et ça repart alors que si c'est une nouvelle pensée, c'est très bien.

Quels sont tes projets ?

Je suis déjà bien occupé. Je joue mon spectacle 3 fois par semaine, je fais mes vidéos de La Barbe une fois par mois, je m'occupe de la ferme. Après, j'ai un long métrage en préparation, j'ai une nouvelle chaîne Youtube en préparation, j'ai décidé de revendre mes making life sous forme de vlogs alternatifs, c'est-à-dire partir à la rencontre d'acteurs de changement, et je vais certainement produire un web-documentaire pour quelqu'un d'autre. Je suis à 3000%.

Propos recueillis par Marion Poulle. Contenu exclusif. Ne pas reproduire sans citer PureBreak.com.