Samy Seghir en janvier 2010