Game of Thrones : un malaise évité de justesse