Sida : une vraie avancée grâce à des injections de cabotegravir
Sida : une vraie avancée grâce à des injections de cabotegravir
C'est une nouvelle avancée considérable qu'ont fait les Instituts américains de santé (NIH) après un essai clinique lancé il y a 3 ans : des injections de cabotegravir tous les deux mois permettait de réduire de 99% les risques d'être contaminé par le VIH. Un traitement de prévention contre le sida plus efficace et moins contraignant que les comprimés de PrEP.

Presque 10 ans après Timothy Brown, connu sous le nom de "patient de Berlin", un deuxième patient ("le patient de Londres") était considéré comme guéri du VIH. Après avoir reçu une greffe de cellules-souches, le patient atteint du sida depuis 2013 est en rémission depuis plus de 30 mois. Deux mois plus tard, on apprend une nouvelle avancée considérable dans le domaine de la médecine : après un essai clinique lancé il y a plus de trois ans, les Instituts américains de santé (NIH) ont trouvé un médicament efficace à 99% pour protéger du VIH : des injections de cabotegravir tous les deux mois.

Le risque d'être contaminé du Sida réduit à 99%

Testé auprès de 4500 personnes dans sept pays dont les Etats-Unis, le Brésil, la Thaïlande et l'Afrique du Sud, ce médicament a eu des résultats plus que satisfaisants : en plus d'être moins contraignant, il pourrait même être plus efficace de 69% que les comprimés de PrEP (prophylaxie pré-exposition) des marques Truvada et Descovy aux Etats-Unis que les personnes infectées doivent prendre quotidiennement en prévention.

Un traitement plus efficace et moins contraignant que le PrEP

"Nous sommes très satisfaits des résultats, non seulement en raison de la forte efficacité du cabotegravir, mais aussi car nous avons démontré la haute efficacité dans une étude qui représente de façon adéquate les populations les plus démesurément frappées par le VIH : les MSM (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) noirs aux Etats-Unis, les jeunes MSM partout dans le monde, les femmes transgenres.", a déclaré Kimberly Smith, directrice de la recherche et du développement chez ViiV Healthcare (groupe GSK). Une bonne nouvelle, alors que près de 38 millions de personnes vivent avec le VIH aujourd'hui.

News
essentielles
sur le
même thème