Lorde aura été la sensation musicale de la rentrée 2013. Fin septembre, cette jeune néo-zélandaise de 16 ans à peine sortait son tout premier album "Pure Heroïne", immédiatement classé dans les tops de nombreux pays. Outre les mélodies addictives de ses titres 'Royals' et 'Tennis court', l'adolescente surprend par des textes puissants et plein de références poétiques. Portrait.

Lorde, reine de la pop douce-amère

Repérée à 12 ans lors d'un spectacle de son école, la puissante voix d'Ella Yellich-O'Connor ne résonne dans nos oreilles que depuis le printemps dernier. Signée par le label Universal, Lorde a dévoilé en mars 2013 le titre Royals au succès immédiat. Sa pop douce-amère n'a laissé personne indifférent lors de son passage sur le plateau du Grand Journal d'Antoine de Caunes ou sur la scène de The Music Box à Hollywood. A seize ans seulement, Lorde surprend par son assurance, sa voix claire et posée, ses textes ciselés et son caractère affirmé.

Influences dans la poésie et le cinéma

Dans ses influences, la jeune Néo-zélandaise cite les mythiques Neil Young, The Smiths ou Otis Redding, mais aussi des artistes contemporains comme James Blake, SBTRKT ou même Drake. Lorde s'imprègne de tous les styles et il est quasi impossible de classer sa musique dans une catégorie unique. Côté paroles, Lorde ne raconte pas les histoires parfois simplistes d'une adolescente de seize ans. Fille d'une célèbre poétesse et fan des films de Sofia Coppola, la brune puise l'inspiration de ses textes dans la poésie. Repérée par Buzzfeed ou le blogueur Perez Hilton, Lorde s'est classée numéro 1 aux Etats-Unis, en Angleterre, au Canada ou en Irlande. Et ce n'est que le début.