Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Ossama (Retour au pensionnat) balance sur les coulisses : "C'était vraiment scénarisé" (Interview)
Ossama (Retour au pensionnat) balance sur les coulisses : "C'était vraiment scénarisé" (Interview)
C'était l'un des élèves marquant de l'émission Retour au pensionnat à la campagne, diffusée sur M6 en 2013. Six ans plus tard, Ossama s'est confié sur les coulisses de l'émission, d'abord sur Twitter puis auprès de Purebreak. Nourriture, punitions, temps off... il assure que beaucoup de choses étaient scénarisées.

Purebreak : Dans les déclarations faites sur Twitter, tu dis notamment que tu ne savais pas à quelle émission tu allais participer en passant les castings de Retour au pensionnat, est-ce que c'était le cas pour tout le monde ?

Ossama : Honnêtement, je ne saurais pas le dire, mais en ce qui nous concerne, on a eu les directives un peu à la dernière minute. Je pense qu'ils ne voulaient pas trop ébruiter le truc vu que l'émission avait déjà été faite 9 ans plus tôt. On n'était pas vraiment au courant de ce qu'on allait faire, on a eu le contrat le jour même.

Tu pensais que c'était quoi comme émission ?

Je ne savais pas vraiment ce que j'allais faire, je savais juste que ça me faisait partir un mois pendant l'été, mais je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. Je savais que ça tournait autour de notre génération, mais c'est tout.

"C'était vraiment scénarisé"

C'était aussi sévère qu'on pouvait le voir à la TV ?

Ah non pas du tout ! C'était vraiment scénarisé, comme je l'ai dit sur Twitter. Une fois que les caméras étaient éteintes, une fois qu'on avait terminé tout ce qu'on avait à tourner, c'était vraiment beaucoup plus cool. En ce qui me concerne, je ne faisais pas toutes les lignes de punition. On se rhabillait normalement, on pouvait avoir accès à nos téléphones. Après, vu qu'on était en Belgique, ça n'était pas vraiment d'une très grande utilité. Même la nourriture n'était pas la même. Les réveils à 6h du matin, ça n'a jamais eu lieu, les couchers à 20h, ça n'a jamais eu lieu non plus. En général, on se réveillait vers 9h et on ne se couchait jamais à 20h. J'ai vraiment trouvé ça scénarisé.

La prod te disait comment te comporter ?

Ah oui, clairement ! On m'a dit personnellement certaines actions à faire, certaines choses à dire. Ça a été fait comme ça. Je me compare à un acteur parce que, pour moi, j'ai fait tout ce qu'on pourrait demander à un acteur. On lui demande de faire des choses, de dire des choses, il y a des choses qui ne sont pas naturelles donc, à partir de ce moment là, je me suis considéré comme un acteur.

Tu dis qu'ils t'ont mis un plâtre juste pour tourner une scène, tu étais vraiment blessé ?

C'est vraiment la séquence qui m'a le plus marqué. Je n'ai jamais vraiment été blessé en fait. Ils ont essayé de me convaincre que j'étais blessé mais je ne l'étais pas du tout. On voit que, quelques scènes après, je n'ai plus du tout de plâtre. Même si j'avais eu la plus petite des blessures, j'aurais eu le plâtre au moins deux semaines. Pourtant, c'était un vrai plâtre.

"Il y a eu plusieurs choses que j'ai refusé"

Il y a des choses que tu refusais de faire ou de dire ?

Il y a eu plusieurs choses que j'ai refusé. Des gens de la production nous ont informé Dylan et mo, peut-être 10 jours avant, qu'on n'aurait pas le certificat d'une manière ou d'une autre, que c'était programmé comme ça. On s'est demandé 'pourquoi nous 2 ?', sachant qu'on avait aucun rendu sur nos notes. On nous donnait des notes complètement aléatoires. On pouvait ne rien faire et avoir une très bonne note, et faire tout et avoir une sale note. Du coup, qu'on nous dise qu'on aurait pas le certificat parce qu'on sera plus exposé à la télé, je n'ai pas vraiment compris l'intérêt.

D'autres candidats refusaient de se donner une certaine image que la prod voulait leur donner ?

J'ai vraiment ressenti que, avant même qu'on arrive et qu'on commence le tournage, la prod avait son idée sur chaque candidat, ce qu'il allait être. Je pense qu'ils laissaient 70 % des candidats faire leur vie, y'en a vraiment qui venaient pour le certificat, d'autres avaient des projets pour après, nous on avait une relation directe avec la production. On le voyait parce qu'on faisait des interviews chaque jour, et seulement une partie des candidats y allait tous les jours, voire plusieurs fois dans la journée. On m'a même fait revenir un mois et demi après le tournage. Je me suis retrouvé dans un hôtel à Paris avec le même décor à l'arrière et je refaisais toutes mes interviews. Ce n'était pas vraiment réel pour moi parce que j'étais plus dans le truc.

On vous faisait vraiment boire de l'huile de foie de morue ?

(Rires) La plupart des candidats, oui, mais moi, j'ai dû en boire une fois et je l'ai recrachée. Après, je m'étais arrangé pour passer toujours en dernier, ça se voyait jamais à la caméra donc je passais toujours un peu entre les mailles du filet. Mais oui, c'était bien ça.

"Les plats qu'ils montraient à la TV, c'était juste pour la scène"

Et côté nourriture, c'était comment ?

Dans mon cas, c'était particulier parce que je ne mangeais pas de viande. Du coup, on a eu un petit soucis là-dessus pendant quelques jours, le temps qu'ils puissent me ramener de la viande halal, mais sinon, en dehors des caméras, on mangeait normalement. On avait une équipe en cuisine qui nous faisait des plats qu'on connaissait. Les plats qu'ils montraient à la TV, c'était juste pour la scène. C'est comme la séquence où on vole la cuisine. Tout avait déjà été préparé, on nous avait demandé dans la journée ce qu'on voulait faire, ce qu'on voulait avoir dans la cuisine. Quand on regarde la scène, tout est déjà posé sur le plan de travail quand on arrive dans la cuisine. Ce n'est pas arrivé par magie !

Quand les caméras étaient éteintes, vous faisiez quoi ?

Lors des journées de tournage, on restait entre nous, on parlait avec des gens de la prod, on rigolait avec eux. Le week-end, on s'habillait normalement, on avait des activités qui nous étaient proposées là-bas directement, ils nous avaient installé des piscines, c'était pas du tout comme on le voyait à la TV. On revoyait les profs et surveillants habillés normalement, y'en a même qu'on n'a pas reconnu. Pour moi, ils étaient déguisés. Ils n'étaient plus du tout sévères !

"J'étais parmi les mieux traités"

Tu étais payé pour participer à l'émission ?

C'est compliqué à dire parce que ça n'a pas été pareil pour tous, alors que tous nos contrats étaient préparés largement à l'avance. Ils ne savaient pas ce qu'on allait faire sur place. Après, c'était à mon avantage parce que j'étais parmi les mieux traités.

Pourquoi tout balancer maintenant ?

Ça fait quand même quelques années et on m'en parle tout le temps. Après l'émission, j'étais très souvent sur les réseaux sociaux, j'avais un compte Snap qui marchait très très bien, et puis du jour au lendemain, ça m'a saoulé, j'ai arrêté et j'ai remarqué que, même pendant ces 3 ans, on m'en parlait encore régulièrement. Sur Twitter, ça revenait assez souvent et je me suis dit que, au lieu de répondre à chaque fois à une personne qui me posait des questions sur l'envers du décor, j'allais répondre à tous. J'ai profité de la tendance, le "Scopa tu manaa", sur laquelle je suis tombée par hasard, pour dire une phrase comme ça, au hasard. J'ai vu que ça avait pris.

Rien à voir avec une clause de confidentialité du contrat ?

Non, le contrat avait déjà était un peu brisé quand je suis passé dans Le Mag, avec Ayem Nour et Matthieu Delormeau. On n'avait pas le droit d'y aller sans leur autorisation, mais j'y suis allé quand même. M6 m'a contacté pour me dire que ce n'était pas possible, qu'il fallait leur demander, mais je leur ai dit que j'allais quand même y aller. Les questions n'étaient pas orientées sur le fait que ça soit vrai ou pas mais la personne qui s'occupait de nous faisait des insinuations pour qu'on ne parle pas de certaines choses. Après, c'était pendant la diffusion, c'était différent.

La prod a essayé de te contacter après tes révélations ?

Non, pas encore, mais je pense que, les connaissant, ça ne va pas tarder !

On t'a contacté pour participer à d'autres émissions ?

Après l'émission, j'étais mineur (j'avais 15 ans) et le jour où j'ai tout arrêté, j'ai changé de numéro, donc non.

Tu aimerais participer à une autre émission ?

Je suis quelqu'un d'indécis, faut être honnête. J'ai bien aimé le style de l'émission que j'ai fait, mais après je ne sais pas du tout.

"Il y a des choses pour lesquelles on a été très mal encadrés"

Comment s'est passée l'après-émission ? Vous avez été encadrés ?

Au tout début, oui, mais il y a vraiment des choses pour lesquelles on a été très mal encadrés. Après, je n'ai jamais été très fragile psychologiquement donc ça ne m'a jamais dérangé, contrairement à d'autres. Certains ont eu du mal à trouver leur chemin après la diffusion.

Tu deviens quoi aujourd'hui ?

J'ai continué mes études en communication, je suis encore étudiant.

Propos recueillis par Marion Poulle. Contenu exclusif. Ne pas reproduire sans citer PureBreak.com.

Retour au Pensionnat à la campagne
Retour au pensionnat - Ossama balance sur les coulisses : "C'était vraiment scénarisé" (Interview)
Gautier (Retour au Pensionnat) : "Je suis pas là pour être beau"
Mr. Mazan (Retour au Pensionnat) : le prof de sport des années 50 devenu beau gosse
Retour au Pensionnat : Ossama allume le prof d'histoire
voir toutes les news de Retour au Pensionnat à la campagne Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème