La Malédiction Winchester : chasse aux esprits dans la plus grosse maison hantée du monde
Quoi de mieux qu'un gros film d'horreur pour contrer la chaleur du printemps à travers quelques frissons ? Ça tombe bien, La Malédiction Winchester est actuellement disponible en e-cinéma afin de nous offrir une chasse aux esprits flippante dans la plus grosse maison hantée du monde.

Qui a dit qu'il fallait attendre la période d'Halloween pour regarder un film d'horreur ? Certainement pas le duo Michael Spierig / Peter Spierig qui vient de réaliser La Malédiction Winchester, un film d'épouvante absolument parfait, disponible ce jeudi 10 mai en e-cinéma sur toutes les plateformes légales.

Une histoire vraie totalement folle

Au programme ? Inspiré de faits réels, ce film d'horreur nous plonge dans la maison hantée la plus connue du monde, la maison Winchester (San José, Californie, USA). Pour ceux qui ne la connaissent pas, il s'agit d'une réelle demeure composée (entre autres) de 160 pièces, 40 chambres ou encore 10 000 carreaux de fenêtres, construite en continue, 24h/24, 7 jours sur 7, pendant 38 ans (1884 - 1922) sous les ordres de Sarah Winchester. La raison d'une telle excentricité ? Persuadée que sa famille était maudite (son mari était le dirigeant de la Winchester Repeating Arms Company, une société d'armes à feu au XIXème siècle), elle avait pour ambition de capturer tous les esprits vengeurs, tués par les armes Winchester, à l'intérieur de cette maison.

La chasse aux esprits

Rassurez-vous, La Malédiction Winchester - porté par un incroyable casting composé d'Helen Mirren, Jason Clarke, Laura Brent ou encore Angus Sampson, ne se concentre pas sur la construction de cette demeure. Au contraire, le film voit Sarah Winchester (Helen Mirren) et ses proches affronter les esprits les plus redoutables et sadiques jamais vus jusque-là. Et comme on peut le découvrir dans la bande-annonce, cela nous offre ainsi un face-à-face terriblement flippant à travers des idées créatives aussi folles que jouissives.

Publi-communiqué.