Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Lissette Calveiro avait un but : vivre comme les héroïnes de Sex & the City. Tentant de percer en tant qu'influenceuse sur Instagram, la jeune américaine va alors multiplier les dépenses en vêtements de marque, voyages et autres sorties pour poster de belles photos et ainsi gagner des abonnés. Une vie de mensonge qui l'a endettée de 10.000 dollars.

"Je vivais dans un mensonge"

Derrière de magnifiques photos postées sur un compte Instagram peut se cacher une existence beaucoup moins glamour qu'espérée. Lissette Calveiro, qui a aujourd'hui plus de 27.000 abonnés sur le réseau social, a raconté au New York Post l'envers du décor dans sa quête de célébrité sur la toile.

En 2013, Lissette Calveiro rêve d'une vie de star comme elle en voit sur Instagram. Elle vit alors à New York, où elle a décroché un stage qui ne lui paye que ses transports dans la ville. Pourtant, elle va dépenser son argent dans les sorties, le shopping et les voyages.

La fan de mode met 150 euros par mois dans les vêtements et 800 euros dans les sacs et accessoires, quitte à ne pas avoir assez d'argent pour se nourrir. Sans compter ses séjours aux quatre coins du monde, des Bahamas à Las Vegas. "Je faisais mon shopping en fonction du nombre de likes que j'allais obtenir" admet-elle, et "je ne voulais pas courir le risque que l'on me voie porter les même vêtements deux fois de suite".

Résultat ? L'influenceuse s'endette à hauteur de 10.000 dollars (environ 8.000 euros, ndlr). Elle est ruinée. Désormais l'américaine réalise : "Je vivais dans un mensonge".

Elle a complètement changé de vie pour rembourser ses dettes

Voulant reprendre sa vie en main et arrêter de vivre au-dessus de ses moyens, elle arrête les strass et les paillettes, trouvant alors un job à Manhattan et louant un appartement en colocation (qu'elle payait 700 dollars par mois). Lissette Calveiro stoppe aussi les dîners au restaurant, se mettant à cuisiner en personne et dépensant seulement 35 dollars par semaine dans ses courses.

Au bout de 14 mois, la jeune femme a réussi à rembourser ses dettes et désormais elle achète très peu de vêtements, préférant les louer pour que ça lui revienne moins cher.

Consciente que beaucoup d'internautes ont envie de tenter leur chance comme elle, Lissette a confié : "Ça m'inquiète que les filles continuent d"être obsédées par leur image sur les réseaux sociaux".

News
essentielles
sur le
même thème