Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Thomas N'Gijol (Black Snake) : "Je ne connaissais pas l'existence de Black Panther" (Interview)
Actuellement au cinéma, Thomas N'Gijol se glisse dans la peau d'un tout nouveau super-héros : Black Snake. De quoi lui permettre de détourner les codes du genre à travers sa comédie et nous donner envie, en interview, d'en savoir plus sur les coulisses de ce film et sa connaissance de cet univers.

Black Snake aurait-il été inspiré par Black Panther ?

C'est totalement faux. Je ne connaissais pas l'existence de Black Panther avant de m'attaquer à Black Snake. Après on m'a dit qu'il y avait quand même un personnage black en Afrique et je me suis renseigné. Mais j'ai vu qu'il n'y avait aucun point commun, surtout que nous on est une grosse comédie. Il faut remettre les choses à leurs places.

Dans Black Snake, il y a quelques passages où vous vous moquez de certains clichés habituels des films du genre. Les films de super-héros ont-ils trop de clichés à vos yeux ?

Il n'y a pas trop de clichés mais il y a beaucoup de codes. Et les codes sont à chaque fois renouvelés, certains avec un peu de fainéantise. Mais quand ils sont bien revisités tout passe bien. "Batman" de Christopher Nolan, les trois, ce sont des chefs d'oeuvre. On peut utiliser ces codes mais les appliquer avec audace. Comme dans Black Snake (rires).

En parlant de codes revisités, Black Snake a le droit à un costume très spécial avec un pénis... C'est plus classe que le slip de Superman ?

Ah bah oui, s'il y avait bien un truc sur lequel je n'avais pas envie de déconner, c'était sur son look. Puis en plus avec mon physique, être en slip et collants ça n'allait pas le faire du tout d'un point de vue commercial. Et dans mon amour propre, j'allais être humilié.

Par contre, il reste assez simple. Vous aviez peur de ne pas réussir à bouger dedans ?

Il fallait un truc classe, je m'adaptais à la classe. Je suis un habitué de la classe... (rires). Non je voulais un truc qui soit beau et dans lequel je puisse bouger. Bien que je ne sois pas Van Damme non plus.

Au début du film, on peut apercevoir différentes couvertures de comics Black Snake. C'est quelque chose au programme pour la suite ?

Je te dirais joker. Pour le moment on a fait un film, on a envie de le mener bien jusqu'au bout et après on verra les à côtés. Mais il y a déjà un album [pour les produits dérivés].

On a pu le voir avec Aquaman, DC se rapproche de la recette Marvel au cinéma. Un film de super-héros est-ce vraiment mieux quand il y a de l'humour ?

Comme je le disais, je suis assez fan des "Batman" de Christopher Nolan et il n'y a pas d'humour dedans et je suis très bien dedans. Après, il y a des films de super-héros qui sont propices à l'humour, comme les Gardiens de la Galaxie, et ça fonctionne plutôt bien. Mais il y a humour et humour, et à un moment donné quand on pousse... Quand je vois l'humour de Wonder Woman...

Difficile de parler de super-héros sans mentionner Stan Lee. Est-ce qu'il fait aussi un caméo dans le film ?

J'aurais aimé. Beaucoup. L'oeuvre qu'il a fait, c'est incroyable. Je sais pas s'il savait, s'il avait anticipé ou s'il était vraiment passionné, mais c'est incroyable. De toute manière on n'est pas un film Marvel. Après, maintenant, on discute pour entrer dans leur catalogue. Comme ils voient que le film a un peu d'ampleur... ils sont pas cons. Ça se discute, c'est des gros billets, beaucoup de millions, donc je préfère prendre mon temps (rires).

Black Snake met l'accent sur une chose à laquelle on ne pense jamais : quand un super-héros n'a pas de super-vitesse ou qu'il ne vole pas, il galère à se déplacer. De quoi comprendre qu'un héros sans de tels pouvoirs, c'est un peu nul ?

Non. Un super-héros qui a une super-vitesse, au final, tout est très simple pour lui. Un super-héros c'est bien quand il a quand même des contraintes, car tu lui laisses une part d'humain. Il peut ainsi être avec le peuple, avec les gens, ressentir les choses comme tout le monde. Un super-héros qui est au-dessus de tout, c'est l'ennui total.

Est-ce que c'est plus dur d'écrire une vanne que de sauver le monde ?

Sauver le monde, tout le monde peut le faire. Chacun à son échelle, on peut faire des petites choses pour contribuer à sauver le monde. Ecrire une vanne, c'est plutôt chiant à faire, sincèrement. Sauver le monde, tu marches dans la rue, tu donnes une pièce à un monsieur qui est dans le besoin, et bah tu contribues et c'est bien. Ça ne demande pas grand chose. On peut tous être, pas des super-héros, mais des héros à notre échelle si on fait plus gaffe à ce qui nous entoure. Putain, c'est super beau ce que je dis.

Dans le film, il y a une réplique qui est déjà culte et qui dit "Se foutre sur la gueule c'est bien, mais dans le respect c'est mieux". C'est vrai ?

Ah ouais. Se foutre sur la gueule dans le respect c'est mieux. Une bonne bagarre à la loyale... (rires). Je pense que ce n'est pas bon de dire des choses pareilles avec tout ce qu'il y a sur le net, avec les octogones et compagnie. Donc non, il ne faut pas se foutre sur la gueule et encore moins dans l'irrespect. Il faut être cool.

Est-ce qu'on peut s'attendre à retrouver Black Snake dans un film façon Avengers avec d'autres héros ?

Avec qui ? (rires) Non, par contre, s'il devait arriver qu'il y ait d'autres choses autour de Black Snake, il pourrait y avoir des personnages très drôles. Le champ des possibles est extraordinaire. Tu peux vraiment inventer des personnages complètement fous. Ça serait drôle. Je n'y ai pas encore pensé, mais il faut que j'en discute avec Marvel, ça va faire partie de notre deal (rires).

Dernière question, le monde des super-héros manque-t-il de diversité ?

Non. Parce que dans le monde des super-héros, il y a beaucoup de mutants, des gens qui ont des maladies, des ailes qui leur poussent dans le dos et toutes ces conneries. Donc si, il y a de la diversité. Maintenant, si c'est une histoire de couleurs c'est encore autre chose. Mais ils ont tous une diversité puisqu'ils sont tous particuliers. Oh, je vous ai bien niqué sur ce coup-là. Vous croyiez que j'allais dire 'Oh il n'y a pas assez de noirs', que j'allais me plaindre, appeler le CRAN ? Non ça va, tout va bien et ça va même mieux. Et vous ?

Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer PureBreak.com.

Thomas Ngijol
Thomas N'Gijol (Black Snake) : "Je ne connaissais pas l'existence de Black Panther" (Interview)
Black Snake : Thomas Ngijol en super-héros improbable dans la bande-annonce
Thomas Ngijol : Kev Adams moqué dans son spectacle, il s'explique
Thomas Ngijol et Karole Rocher amoureux à l'avant-première de Fastlife
voir toutes les news de Thomas Ngijol Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème