Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Baptiste Lorber dépressif et suicidaire dans Père Fils Thérapie : "J'ai eu peur !" (Interview)
Baptiste Lorber dépressif et suicidaire dans Père Fils Thérapie : "J'ai eu peur !" (Interview)
On le connait drôle et loufoque aux côtés de son acolyte Gaël Mectoob : Baptiste Lorber se dévoile en solo dans Père Fils Thérapie, film d'Emile Gaudreault qui sort en salles ce mercredi 28 décembre 2016. aux côtés de Richard Berry, Alice Belaïdi ou d'autres humoristes tel Waly Dia ou Rachid Badouri. Loin de son personnage comique, Baptiste Lorber y joue le rôle de Fabrice, fils de l'avocat Charles Perroné (Jacques Gamblin), suicidaire et drogué. Un rôle surprenant sur lequel il est revenu lors d'une interview qu'il a accordé à Purebreak.

PureBreak : Comment s'est passé le casting ?
Baptiste Lorber : Emile Gaudreault cherchait ce rôle là depuis 4 ou 6 mois et le voyant galérer, la boîte de prod Incognita lui a proposé de me faire passer un casting. Je passe le casting et, direct, il me dit 'c'est toi' ! Une fois que c'était confirmé, je lui ai demandé s'il savait ce que je faisais, vu qu'il est canadien, et non, il ne savait absolument pas. Je lui montre, il explose de rire et me dit 'ah ouais, t'es l'opposé total !' C'est vrai qu'en France, on donne rarement la chance à quelqu'un de faire l'opposé de ce qu'il fait, on préfère conforter la personne dans son univers pour ne pas choquer sa cible. Du coup, pour moi, ça a été ma première expérience au cinéma, et ma première expérience dans un autre personnage, vraiment différent de ce que je fais.

"J'étais complètement perdu"

Est-ce que tu as eu peur ?
Oui, j'ai eu peur ! Complètement ! D'habitude, on écrit les sketchs nous-mêmes, on les monte et, du coup, quand je joue mes sketchs, je sais si c'est bon ou si c'est pas bon car c'est mon personnage, c'est moi qui l'ai créé. Et là j'avais zéro recul, donc j'étais complètement perdu. Je me suis laissé guidé par Emile, Richard et Jacques.

Comment t'es-tu préparé à ce rôle ?
J'ai eu une coach avec qui je me suis énormément entraîné pour le ton, la façon de me mettre dans le personnage, parce que c'est quand même un personnage qui est dépressif, suicidaire. C'est quelqu'un qui souffre énormément au fond de lui, qui est un peu maladroit. C'était une super expérience de pouvoir travailler un texte, de pouvoir se l'approprier et prendre le temps de, c'est une autre expérience de comédien que je ne connaissais pas et c'est génial.

Tu retrouves d'autres humoristes comme Waly Dia et Rachid Badouri. Vous vous connaissiez avant le tournage ?
On se connaissait de nom, on a plein de copains en commun, mais on ne s'était jamais croisés. On s'est trop bien entendus, c'était trop cool ! C'était une ambiance de fou, une vraie famille. Ca rigolait tout le temps entre les prises, on se faisait d'ailleurs recadrer. Ce qui est bien entre humoristes, c'est qu'on peut se vanner sans se vexer ou quoique ce soit.

Gaël ne t'a pas trop manqué sur ce tournage ?
Oui Gaël m'a manqué, forcément ! On écrivait les vidéos pour la rentrée à distance parce dès la fin du tournage du film, mi octobre, on enchainait avec le tournage des vidéos avec Bapt, donc on ne chômait pas.

"Avec Gaël, c'est un petit break"

Peut-on parler de divorce entre Bapt et toi ?
Bapt fait ses choses de son côté aussi, il a fait sa série José. On essaie d'avoir des activités différentes pour ne pas être tout le temps ensemble, ce qui est plus sain dans un couple. C'est un petit break (rires). Chacun va voir des nouveaux terrains mais on est trop contents quand on se retrouve et quand on fait nos conneries !

Ce tournage t'a-t-il donné envie de continuer dans le cinéma ? Dans quel genre de film ?
Oui, complètement. J'aime bien surprendre donc j'aimerais avoir des rôles qui n'ont rien à voir les uns des autres. Je suis d'ailleurs apparu dans 3 autres films dans l'année : Bad Buzz d'Eric et Quentin, Rattrapage de Tristan Séguéla et le Manoir de Kemar avec plein de gens d'internet.

Comptes-tu continuer Youtube en parallèle ?
J'écris et je joue, je fais les deux. Je ne peux pas faire l'un sans l'autre. Ca fait 7 ans qu'on est sur YouTube, on a commencé avec 10 minutes à perdre, on a continué avec Bapt&Gael, avec le Studio Bagel, etc. Si on avait voulu quitter YouTube, on aurait pu le faire depuis longtemps, mais non. C'est un des rares endroits où on a une liberté d'expression totale, surtout sur notre chaîne Bapt&Gael où on se permet tout. On écrit aussi pour la télé, j'ai joué dans la série Des jours meilleurs, c'est le même métier ! Soit on est diffusé sur un écran de télévision, soit sur un ordinateur, soit sur une grande toile tirée qui s'appelle un écran de cinéma. Mais la réalité, c'est que c'est les mêmes façons de produire, avec plus ou moins de moyens, et c'est la même chose, c'est juste la diffusion qui est différente.

Tu aimerais refaire de la télé ?
Pour le coup, ça devient complètement fermé en terme de ton. Si demain j'ai un programme peut-être plus en tant qu'auteur, pourquoi pas ! En terme de comédien, si le projet me plait oui ! Là on a le dessin animé qu'on a fait avec Bapt Les aventures de la couille cosmique qui est sorti sur Canal Play, on attend qu'une chose, c'est qu'il soit à l'antenne !

Le buzz PewdiePie

Que penses-tu de PewDiePie qui annonçait vouloir fermer sa chaîne YouTube à 50 millions d'abonnés ?
Ce que j'en pense ? Que le mec gagne 12 millions de dollars par an, que les petits créateurs de contenus sur YouTube se plaignent en effet de la même chose donc je peux comprendre qu'il soit énervé mais c'est quand même un mec qui joue aux jeux vidéos et qui se filme ! Pour moi, le contenu créatif est quand même moindre et vu ce qu'il arrive à générer comme sous, t'es plus à un million d'abonnés près. Je trouve ça un peu déplacé de sa part !

Propos recueillis par Marion Poulle. Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer Purebreak.com.

News
essentielles
sur le
même thème